(trad) Que veut-dire récupérer sa souveraineté aujourd’hui ?

•août 1, 2017 • 3 commentaires

Texte original : 

Reclaim your sovereignty

Sovereignty is the right to rule and the obligation to rule rightly. Every person is born with inherent sovereignty and worth, but our world is filled with those looking to swindle or steal your sovereignty away from you… and they’re very good at what they do.

They tell us who we’re supposed to be, then they sell us an identity. They keep us in fear so we’ll vote for them. They keep us outraged so we’ll keep watching and listening and clicking. We have to consciously and intentionally take back what is ours.

Limit your news intake. Dig for facts and don’t settle for someone else’s opinion. Always ask “what is this person trying to get me to do?” Don’t make the problem worse by sharing lies and half truths on social media. And recommit to daily spiritual practice.

Own your mind. Own your soul. Own your thoughts. Reclaim your sovereignty.

– John Beckett, juillet 2017. 

 

Traduction proposée :

« Reprenez votre souveraineté

La souveraineté correspond au droit de diriger, et à l’obligation de diriger équitablement (justement). Chaque personne à la naissance possède une valeur et une souveraineté intrinsèques, mais notre monde est rempli de gens qui cherchent à nous arnaquer, à filer en douce avec votre souveraineté dans la poche… et ils sont très bons dans leur domaine.

Ils nous disent qui nous sommes censés être, puis ils nous vendent une identité. Ils nous gardent dans un état de peur afin que l’on vote pour eux. Ils nous gardent un dans état outré pour que l’on continue de les regarder et de les écouter et de cliquer. Il est nécessaire de reprendre ce qui nous appartient avec conscience et intention.

Limitez votre ration (consommation) de nouvelles. Creusez pour trouver les faits, et ne vous arrêtez pas à l’opinion de quelqu’un d’autre. Demandez-vous toujours « qu’est-ce que cette personne essaie d’obtenir de moi? ». N’aggravez pas le problème en partageant des mensonges ou des demies vérités sur les réseaux sociaux. Et engagez-vous de nouveau dans une pratique spirituelle quotidienne.

Soyez les détenteurs de votre esprit. Soyez les détenteur de votre âme.  Soyez les détenteurs de vos pensées. Reprenez votre souveraineté. »

 

Autel extérieur, une proposition

•juillet 20, 2017 • 6 commentaires

J’aime énormément les autels extérieurs ; de la même façon que pour moi les rituels « doivent » avoir lieu dehors. On y rejoint les Dieux, les Esprits, les Ancêtres, la « nature ». Je reconnais tout à fait qu’il y a dans ces ressentis une part d’idéalisation et de fantasme du passé, c’est difficile de faire sans, mais je rationalise autant que faire ce peu par des recherches, et par le fait que c’est un ressenti subjectif aussi. Quoi qu’il en soit, le geste de sortir, et d’aller faire mes offrandes (et mes rituels) dehors possède intrinsèquement quelque chose « d’autre », « à part », qui corresponde à ce basculement vers le sacré. Je sais que l’on peut franchir un seuil et marquer un espace sacré par tout un tas d’autres gestes, et y compris à l’intérieur, mais je préfère ce premier seuil-là, de sortir, et d’aller « au contact » de. Bref. Tout ça pour dire que régulièrement je laisse des « autels » à l’extérieur, ou tout simplement des lieux consacrés (grosso modo : où j’ai appelé les ancêtres, l’esprit du lieu, les esprits alentours,  où je me suis présentée, j’ai fait offrande, demandé autorisation etc). La théorie, c’est que les intentions projetées et les gestes répétés dans le temps s’accumulent, dégageant et / ou attirant de l’énergie « sacrée » (ou autre, ou divine, etc). C’est aussi cela qui fait la force d’un lieu (qui est majoritairement découplée dans les lieux sacrés et de pèlerinage, parce qu’ils ont été choisis pour leurs emplacements très particuliers énergétiquement parlant).

Récemment donc, maintenant que je suis de retour, je tente différentes expérimentations. J’ai retrouvé cet « autel consacré » après deux ans d’absence, à me demander ce que je sentirais à mon retour. Je songe à y laisser des choses « non naturelles » constamment, des statuettes, ou d’autres choses, qui pourraient tenir l’épreuve du temps et de la météo. Un remerciement au lieu et à deux divinités ici pour mon retour :

(cliquez pour voir en plus grand)

Ce qui me trotte dans la tête aussi, depuis probablement plusieurs années maintenant, c’est le fait de pouvoir se rassembler ou partager des dévotions ensemble dans le concret. Dans les premiers temps de la création de l’Antre, j’avais utilisé un site web qui proposait des « autels virtuels » où l’on « allumait » des « bougies » et où l’on pouvait écrire sa prière. J’aimais que cela soit un lieu commun. Encore et toujours, ce qui manque je trouve, c’est le collectif. Pratiquer ensemble de temps à autre, prier ensemble, savoir que les autres dévots sont dans une dynamique similaire, partager des récits, des expériences etc. Le sanctuaire avait ce but dès l’origine. Partager mon des informations sur la Déesse, et mon chemin puisque je n’étais pas un puits de science, et pour que cela soit une fois vivante et pas un musée, et puis accueillir le collectif. Des annonces, des prières, des récits, des dessins/autres, et des services au collectif. Qu’est-ce qui pourrait être plus concret ? Des rencontres. Et des services non virtuels. Comme toujours, de l’autre côté de l’Atlantique on observe beaucoup de choses dont on peut s’inspirer.

La salle de prière virtuelle n’existe plus. Aujourd’hui je m’interroge, je visualise, je rêve d’un autel « public » commun. Un lieu extérieur et fixe, où je puisse déposer des offrandes, lire des prières, et pas que les miennes. Des choses qui viennent de l’Antre, qui viennent de vous. Poster des photos de l’autel selon les saisons ? des vidéos ? Y lire nos textes ? Y déposer des dessins, des perles ?

A méditer.

Tiwaz et le rapport au Guerrier

•mars 5, 2017 • Laisser un commentaire

C’est avec plaisir que je vous partage ici un article /en français/ sur la question du guerrier ! Je me retrouve beaucoup dedans. Voici donc du grain à moudre pour compléter le sanctuaire.

Un voyage avec les Dieux

Qu’est-ce qu’un guerrier ? À vrai dire on pourrait pérorer là-dessus pendant des années en en rajoutant des couches, que personne ne tomberait d’accord.

Cependant, je voudrais éclaircir certaines choses, car cela me semble nécessaire.

Est-ce qu’un guerrier c’est fort ? Oui et non. Pas nécessairement. Ce n’est pas la force qui caractérise le fait d’être guerrier ou pas. C’est comme dans tout, il y a des forts et des moins forts. Posons la question à l’inverse en demandant si un guerrier est faible et je répondrais non.

Est-ce qu’un vrai guerrier c’est quelqu’un qui protège ? Oui et non. Pas nécessairement. Un guerrier ça se bat, ça fait mal, ça tue aussi parfois. Est-ce que ça protège ? C’est une autre question. C’est la personne concernée et le point de vue que l’on porte qui donne ce genre de considération. Ce qui est sûr, c’est qu’un guerrier ce n’est…

View original post 565 mots de plus

Une lettre à Morrigan

•janvier 28, 2017 • Un commentaire

J’ai le plaisir de partager aujourd’hui avec vous un magnifique poème en langue anglaise (qui ne devrait pas être trop illisible avec googletrad) de l’un de suivants du groupe. Merci infiniment à Oliver Leôn Hêrês d’avoir partagé son texte avec nous !

 

« For the Morrigan, January 26th 2017.

You wash the wounds of warriors,
Goddess, washing away the wine stains
Of blood and carnage. You know
The dreads of war inside and outside
The heart of a soldier.

You’ve seen my wounds and can name them.
You’ve seen my scars and touched them.
You’ve known my war and can count the fallen.

In your majesty, you bring victory and strength.
I praise you in your sovereignty and thank you
For recognizing mine, my crown with
All of its scars and hard-won wisdom.
You peel off my armor and ask for
Honesty and trust. You scrap the gore
From my fingernails and knuckles.

You know my throat still aches from
Laughing (I outlived him), that mad
Mad laughter of surviving the worst
My enemy had offered. You know
My eyes still look for him, wary of
Another fight, another death. You
Know the throne of my heart was shaken
To the core but remains unbroken.

You pitch the bloody bath water
Outside the war tent. You wrap me
In the cloak of a victor, the survivor’s
Gift. You clean my sword, shield, and
Spears as I sit wearily at your feet
By the fire.

I can see wyrd in the flames, in
My hands, and your eyes, phantom queen.
You know a champion’s fate. You
Know war for yourself. When the army
Packs up and goes home, who
Cleans up the battlefield?
Who mourns the dead?
Who holds your hands as you keen?

In this loss, we support each other,
Honouring the dead in our hearts.
Still we breathe and celebrate life.
We laugh, joke, and smile.
O you, the goddess of ordeals are also
A goddess of healing, of easing pain
After the long fight.

In your raven flight, you keep
Watch over me, as I shoulder my
Weapons and turn towards the true
Heart of my home. You see the fate
Lines that guide me after battle. You
Know the winding way home, that
Old wyrd I walk as a wounded warrior.

May my injuries heal wholly and
My scars knit cleanly. May I find
Peace of heart after this most brutal
War. May you know victory everlasting.
May you know the happiness of
The truthful warrior’s heart. May
We both carry and know home
In our hearts. Hail the Morrigan! »

Reine Fantôme

•octobre 8, 2016 • Un commentaire

8a3feee01880dd7cf250e295e6d97313-d8ub09p

Source: http://darkliminality.deviantart.com/art/The-Morrigan-534631453

Great Lady Raven

•octobre 1, 2016 • Laisser un commentaire

ecfdbba78600da80e7f415fe296a2563

Source: http://katarmor.deviantart.com/art/Great-Lady-Raven-525084412

Une et multiple

•septembre 24, 2016 • Laisser un commentaire

435ca231fef157e17ab57425fa0f3a41

Morrigan