Aller à la rencontre de Morrigan II (fr)

Voici un texte de méditation qui a pas mal circulé sur le net, qui parle de la Déesse Sombre, et qui concerne donc toutes les divinités chtoniennes ou sombres. Mais c’est grâce à celle-ci que j’ai rencontré Morrigan, donc j’ajoute ici.

**********************

Après un moment de méditation silencieuse, l’Espace Sacré est défini et animé. Une manière de faire est d’affirmer les directions à l’aide d’une formule simple telle que :

« Le ciel et les étoiles au dessus,
La terre sacrée et le Monde Souterrain en dessous,
L’esprit humain et vivant à l’intérieur.
A l’Est est la puissance de l’Air, de l’Aurore, du Printemps,
Au Sud est la puissance du Feu, du Midi, de l’Eté,
A l’Ouest est la puissance de l’Eau, du Soir, de l’Automne,
Au Nord est la puissance de la Terre, de la Nuit, de l’Hiver. »

Notre Intention est de rechercher le Temple du Monde Souterrain primordial et d’entrer dans la présence de la Sombre Déesse. Pour s’approcher de cette réalité au cœur de la Terre, nous devons construire le chemin au sein de notre vision créative, donner une forme imaginative aux énergies en jeu.

D’abord nous voyons sur le sol, au centre du cercle, une porte de bois circulaire. En nous en approchant, nous remarquons un signe ou un symbole gravé sur le bois sombre.

Maintenant la porte s’ouvre en deux moitiés égales, et révèle un passage en dessous. Nous marchons vers l’ouverture, et voyons une volée de marches, un escalier en spirale, tournant toujours vers la droite. Les marches sont en pierre brute, découpées directement dans la pierre vivante. Le long du mur de gauche, il y a une épaisse corde tressée, faite de trois brins colorés : rouge, blanc et noir, elle est retenue au mur par des attaches de bronze, chacune d’entre elles en forme de tête de dragon tenant la corde dans sa gueule.

Un par un, nous entrons dans le passage et commençons à descendre, en tenant la corde triple pour l’équilibre. La descente est raide et il n’y a qu’une faible lueur qui vient de loin en contre-bas. Bientôt nous avons laissé le monde d’en haut derrière nous, et comme nous descendons nous sentons la présence de la pierre tout autour de nous. La pierre vibre doucement de temps en temps, comme si une sonorité grave passait au travers de l’étoffe de la Terre. Alors que nous descendons nous sentons une chaleur grandissante, qui semble venir de tout autour de nous, bien que les murs de l’escalier de pierre soient frais au toucher. Nous ressentons la présence du feu intérieur et nous lui répondons.

(Petite pause ici).

Maintenant nous atteignons le bas de l’escalier, il y a une ouverture basse au dessus de laquelle est accrochée une petite lampe qui brille d’une flamme blanche continue. Un par un nous affirmons notre intention de passer de l’autre côté et d’entrer dans le Temple du Monde Souterrain et d’y rencontrer la Sombre Déesse, si elle choisit d’y être présente.
Nous entrons dans une caverne sombre, avec pour seule lumière le faible reflet de la petite lampe, on y voit à peine. Au centre de la caverne se trouve un bassin d’eau, noire et dormante.

Un par un nous nous approchons et regardons dans le bassin. Au début nous y voyons le reflet de nos visages, sombres et obscurs, puis l’image change et nous voyons ce qui nous est révélé à chacun dans le bassin du Monde Souterrain (pause pour la contemplation et la vision ici).

Peu à peu nous sortons des visions du bassin, et nous nous rendons compte que quelqu’un est présent de l’autre côté de l’eau. Dans la lumière obscurcie, nous regardons au delà du bassin et nous voyons quelques marches qui conduisent à une fente sombre dans la pierre. La figure d’une femme se tient en haut des marches, vêtue d’une robe noire et la tête couverte d’une profonde capuche. Nous ne pouvons pas voir son visage. Dans une main elle tient une quenouille, de laquelle tombe un fil qui s’enroule sur un fuseau. En tournant le fuseau il émets de petits éclairs colorés, comme s’il reflétait la lumière de la lampe au dessus de la porte par laquelle nous sommes entrés dans le temple. Si nous cherchons à approcher la Sombre Déesse nous devons contourner le bassin et nous approcher par l’autre rive.
Un par un nous contournons le bassin, marchant vers la gauche, et tournant dans le sens des aiguilles d’une montre pour accéder aux marches. Soudainement la sombre figure se lève devant nous, au pied des marches de pierre.
Un par un nous l’approchons, et sommes appelés à lui offrir ce que nous souhaitons le plus garder. Cela doit être une vraie offrande, et aucune tromperie n’est possible.

Nous offrons nos présents à la Sombre Déesse, la dame du perpétuel changement et de la régénération, qui dissimule et révèle à la fois la lumière au cœur de l’ombre. Nous communions avec Elle en silence.

(Pause pour la contemplation ici)

Maintenant nous émergeons de notre communion et nous nous rendons compte que nos offrandes ont été échangées contre quelque chose en retour. Alors, une faible lumière scintillante commence à briller sur les murs de la caverne. Elle est d’abord rose, puis elle devient jaune et verte et finalement elle s’épanouit dans un blanc étincelant. Le bassin noir devient un miroir d’argent et de lumière, et la caverne rayonne. Nous voyons des images sculptées sur les murs, nous racontant une histoire dont nous nous souvenons.

(Pause silencieuse ici)

Lorsque nous regardons à nouveau la figure de la Sombre Déesse, elle a disparu. Au dessus de nous, dans le mur de pierre de la grotte il y a une ouverture sombre, en haut des marches. Malgré la lumière brillante elle reste dans l’ombre. Maintenant un choix nous est donné : nous pouvons rester et contempler la Lumière au coeur de la Terre, ou essayer d’approcher de plus près la Déesse en montant les marche vers l’ouverture dans la pierre. Faites votre choix.

(Pause silencieuse ici)

Maintenant il nous faut retourner au monde extérieur. Un par un nous retournons au bord du bassin, et à la lumière de la caverne nous voyons la forme de deux créatures serpentines, entrelacées dans les profondeurs, s’enroulant et bougeant sans cesse, créant des formes qui rayonnent de pouvoir jusqu’à nous, nous traversant, s’élevant de la plante de nos pieds, et montant dans notre bas-ventre, notre cœur, notre gorge, notre tête. Lorsque le pouvoir coule dans notre corps tout entier il est temps de quitter le Temple du Monde Souterrain.

Nous contournons le bassin en direction de l’entrée de l’autre côté, et alors que nous avançons la lumière du Temple baisse progressivement. Lorsque nous atteignons l’entrée basse avec sa petite lampe brûlant au dessus de nos têtes, la grotte est dans l’obscurité. Nous ressentons la puissance résonante du Monde Souterrain qui coule en nous comme si nous étions emplis de feu et de lumière. Voilà le pouvoir que nous rapporterons avec nous dans le monde du dessus pour sanctifier la terre.

Un par un nous remontons le long escalier raide, en ressentant la faible résonance de la pulsation de la pierre à travers nous. Nous atteignons maintenant le porte du monde du dessus et nous la franchissons. Nous émergeons dans une pièce grise et sombre, pleine d’ombres, presque vague. Petit à petit elle se réaligne avec le monde extérieur et nous retournons à notre position dans le cercle, là où chacun d’entre nous a commencé son voyage. Nous voyons la porte se fermer, les deux moitiés égales de bois sombre se replier.

Maintenant la porte s’efface, ne laissant que le sol nu de la pièce. Nous ouvrons les yeux et retournons à la conscience du monde extérieur.

Source : http://cercledeesse.canalblog.com/archives/cercle_de_devotion/p0-0.html
(lien audio disponible)

Publicités

~ par Valiel Elentári sur septembre 13, 2010.

Une Réponse to “Aller à la rencontre de Morrigan II (fr)”

  1. Bonsoir. J’ai lu avec attention cet article et je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec ma propre rencontre avec Morrigan. Lorsque je l’ai vu pour la première fois, j’ai cru au-début à l’Ankou, la Faucheuse… Elle était vêtue d’une tunique surmontée d’une cape sombre et son visage était masqué derrière une capuche. Elle était face à moi, une faux dans la main droite et une petite boîte en or incrustée de pierres précieuses dans la main gauche. Je n’aurais jamais pensé qu’elle puisse se manifester de cette façon…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :