Les visages de Morrigan I

La série de posts nommés « les visages de Morrigan » est constituée d’articles personnels rédigés à partir de mon expérience mystique. Cet article est ancien, il remonte à fin 2009.

Je me permets de faire avant une petite liste des facettes dépeintes dans l’article :
– l’Ombre qui suit et veille
– la Profondeur (puits sans fond), comme la Caverne, le Lac sans fond
– le Sombre, l’inconscient, le refoulé
– le Mystère
– Révélatrice
– Chtonienne et psychopompe

***************

Je suis étonnée, car je n’ai pas d’affinités très marquées avec les Dieux, enfin, spontanément. Je les aime pour des raisons diverses, rarement pour un rapport directement « intime ». Or il est très clair que Morrigan est ma déesse du moment. Je ressens quelque chose de vraiment unique, de profond. Je ne me rappelle pas avoir ressenti ça, pas récemment en tout cas. Elle est là, tout le temps je crois, même quand je n’y pense plus, même quand mes autres sens se déconnectent. Elle veille. C’est comme si elle répandait une ombre sur ma vie, qui touche toutes les choses qui m’entourent, et qui se fond dans celle du Nouvel An à venir, cette période sombre qui s’annonce déjà difficile. Elle m’a envoyé ses corbeaux pour me suivre et me parler, elle m’a laissé des pistes de plumes. Mais surtout, « spirituellement » parlant, je sens qu’elle est là. Comme une gargouille penchée depuis les hauteurs de Notre Dame de Paris, comme un veilleur à l’affût. J’ai mis du temps à l’identifier, à la suivre, mais je sens que j’en ai envie, je sens aussi que c’est ce qui doit arriver. Elle me donne vraiment de très étranges sensations.

Quand on regarde ses caractéristiques un peu partout, c’est assez décevant : déesse sombre et inquiétante qui rôde comme un charognard sur les champs de bataille. Ça n’est pas franchement complet, pas très inspirant, ni bien rassurant. Pourtant, non, je la ressens comme une déesse très ancienne et très complexe, d’une grande « profondeur ». Je crois qu’elle est mal comprise, un peu comme Dis-Ater qui effraie par ses aspects destructeurs, ou même Taranis plus simplement. Ou bien peut-être qu’elle chercher à conserver son mystère, que les gens qui ont des relations avec Elle se taisent. Elle convient à merveille dans cette entrée dans l’année sombre, beaucoup plus que je ne l’ai cru au départ, en me disant que c’était sacrément « cliché » de voir apparaître cette déesse maintenant, que c’était plus ou moins une projection de mon esprit, une représentation symbolique, et pas réellement quelque chose de « présent ». Or non, il est clair qu’il me faut approfondir tout cela : Elle correspond à quelque chose de totalement personnel, tout en étant complètement en phase avec le Cycle. Cette déesse est sans aucun doute associée à la peur de l’obscurité qui tombe, la peur de faire face à nos propres soucis et à notre mauvais Moi tandis qu’on se retranche pour le début de l’année. Seul avec Soi et Soi, coincé avec tous nos défauts. Elle se comporte comme un guide un mystérieux et effrayant, car elle est froide et distante. Mais pourtant Elle vient tracer le chemin, indiquer des pistes, pour faire tomber le masque quand nous serons prêts. C’est un révélateur très précis, très puissant…Elle est à la fois notre double et complètement détachée de notre personnalité, c’est pour cela qu’elle est difficile à saisir. J’ai effectivement cru me voir dans la grotte souterraine lors de la méditation guidée de Louve, car Elle me ressemblait, me tendant un miroir sur moi-même. Mais j’ai enfin élucidé une partie cette vision si mystérieuse! Cette figure entièrement noire, camouflée dans cette grande cape, qui me ressemblait tellement tout en étant différente… c’était Morrigan, qui cherche à me révéler mon Autre Moi sombre, qui avait senti que je n’étais pas prête, que j’avais peur, donc qui avait été très douce finalement, très prudente. Mais elle s’est révélée à moi, elle s’est montrée lors de cette méditation qui devait me montrer le travail à faire pendant la période sombre. Je suis allée dans son antre si noire, je m’y suis vue, j’ai essayé de la suivre mais je n’étais pas prête, je n’ai pas pu traverser le Lac. Maintenant je vais pouvoir recommencer la traversée, et tenter d’entendre ses voix étouffées, et peut-être qu’alors je progresserais sur la Voie.

Elle est vraiment intrigante, étonnante. On la perçoit avec ce sentiment typique envers les Dieux : ce mélange d’admiration, de respect, et de peur. « Awe » comme disent si bien les Anglais. Je l’associe aux Dieux chtoniens : sombres et terrestres, qui « sentent » la Terre, et qui représentent pour nous les mystères de toutes ces choses qui nous ne sommes pas capables de comprendre. Elle est fortement maîtresse du refoulé et de l’inconscient également, la caverne ce n’est pas tellement la matrice que notre propre inconscient : on y trouve nos blocages, nos défauts, tout ce qu’on occulte – si bien qu’on ne s’y reconnaît pas quand on y met les pieds. Elle évoque donc la sagesse ultime, la révélation par la maîtrise de soi. On ressent probablement la peur d’être attiré dans son antre sous la Terre, dans son royaume sombre, à cause de son association à la Mort, un peu comme la faucheuse, mais je pense que c’est indirectement aussi la peur de se retrouver face à soi-même. En réalité, elle nous entraîne dans une catabase qui nous fait ressortir pour fort, grandi. Comme Ulysse, Enée, Orphée, on y rencontre son destin, on y effectue une expérience profonde et on en ressort changé. Elle effraie parce qu’elle est un révélateur de vérité, mais de la vérité qui nous dérange, celle qui n’est pas belle à voir, pas toujours bonne à dire… Nous sommes dérangés d’être ainsi à sa merci, car Elle rayonne de détermination et de puissance, ses actions semblent irrémédiables. Elle tient les rênes, Elle décide de ce que je nous voyons, de ce que nous parcourons… Elle sait, tandis que nous errons encore, que nous ne voyons pas, que cherchons les réponses, la compréhension. Mais elle fait preuve d’une grande justesse, elle sait être douce. Elle se manifeste pour entraîner une prise de conscience, mais si vous n’êtes pas prêt vous serez bloqués sur le seuil. C’est à vous d’entreprendre la démarche, de le vouloir, sinon vous ne pourrez pas la suivre.

Je pourrais encore en dire tellement plus je crois… mais peut-être que je tourne en rond ? Je viendrai relire encore cet article plus tard pour voir si je peux le compléter ou le rendre plus clair.

Publicités

~ par Valiel Elentári sur septembre 13, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :