Ma rencontre avec Morrigan

Extrait de ma célébration complète de Mabon 2009 avec les Muses.

Louve nous explique le principe de la méditation, c’est la partie qui concerne directement Mabon : un voyage vers la partie sombre de l’année, à l’aide d’une obsidienne. Je choisis à nouveau de m’allonger parce que je suis plus à l’aise, mais je prends la pierre dans mes mains dans mes mains cette fois-ci. Bol tibétain et tambour… Une porte ronde apparaît au sol, Louve nous montre la voie et descend dans l’ouverture. je m’engouffre à mon tour, il y a un escalier en colimaçon sombre, avec une paroi très brute en terre ou en pierre. J’y pose m’a main pour faciliter la descente, et un pouls y bat, comme un cœur différent du mien – celui de la Terre ? La descente est longue et ardue, mais je vois la personne qui me précède. Une fois en bas, nous débouchons sur une grande caverne, avec un lac miroir au centre. C’est très impressionnant de calme, de vide, et de silence. Nous nous approchons, nous positionnons en ligne et nous asseyons au sol. Louve nous demande de fermer les yeux et de faire le vide, et de regarder ensuite dans l’eau une fois fait. Les autres ont tout d’un coup disparu, je me retrouve seule sur le bord, et je regarde mon image sur la surface lisse, à peine troublée par mon souffle. Mais la silhouette change très soudainement : mon reflet se transforme en un homme brun ! Je n’arrive pas à le reconnaître, je crois même que je ne le connais pas… et je n’arrive pas à figer ses traits, c’est trop fugitif, trop rapide. Mais Louve nous assure qu’il s’agit de voir notre autre moi… C’est bien mon reflet. Au bout d’un moment, il se transforme encore, en une forme noire : je l’identifie au départ comme « Dark Vador », mais les traits sont flous… Je me concentre, et je ne vois finalement qu’une silhouette entièrement noire, avec une cape noire qui ne révèle aucun visage – comme une faucheuse. Je crois qu’elle me parle, mais je n’entends que du silence, je ne distingue pas ses paroles, ou je ne les comprends pas. Est-ce que j’ai peur ? Je suis perturbée au fond de moi-même… D’abord cet homme, puis cette silhouette toute noire. Tout se passe trop vite, tout est flou, et je n’arrive pas à entendre… Je tente de me calmer, de me dire que même si je les vois pas, les filles sont là. Je la regarde alors et je lui demande son aide. Mais une fois de plus, je ne perçois rien. Peut-être est-ce normal, peut-être que je ne suis pas prête, ou que je dois attendre un moment. J’entends Louve qui nous dit que le moment est venu : il faut se lever et traverser le lac. J’aperçois alors à nouveau les filles, mais pendant un bref instant, seulement le temps de s’approcher à nouveau du bord. J’invoque une barque en bois avec des rames : j’y monte doucement, et je commence la traversée. Elle me semble facile, j’avance aisément. L’eau est tellement noire… et complètement opaque, mais elle est bien fluide. Nous sommes censées voir des choses, peut-être des êtres, tout est possible ; mais moi je ne vois rien. Je suis terriblement seule, les autres ont à nouveau disparu. Pourtant j’ai l’impression qu’il y a quelque chose de vivant tout autour… à moins que ça soit la caverne elle-même qui soit vivante ? Ou le lac ? Tout un coup il se passe quelque chose : je perçois des ondes à la surface du lac, non pas des rides sur l’eau, mais quelque chose qui survole la surface… Je les entends, j’entends des sons, des voix, des murmures… Je crois qu’il y a quelque chose sous la surface, je ne rame plus, j’observe simplement. Je suis arrivée à peu près au milieu du lac ; toujours rien. Je ne vois rien ni au-dessus du lac, ni dessous. Et je suis incapable de discerner ce que sont ces voix, ou ce qu’elles disent. Je veux ramer à nouveau pour traverser, mais je suis incapable de bouger : mes rames ne font plus bouger la barque, j’ai même l’impression que l’autre rive recule ; je suis coincée. J’entends Louve qui dit que nous sommes arrivées à terme, sur le rivage, que nous allons rencontrer une Déesse, que nous devons déjà l’apercevoir, ainsi qu’un chaudron… Je ne peux pas! Je suis sur l’eau, tellement loin du bord, et je n’arrive ni à revenir, ni à avancer. J’essaie d’aller sur les côtés, de faire du « bord à bord », mais rien non plus, ma barque bouge, mais je suis toujours à la même distance. Je me dis alors qu’il faut peut-être nager : je descends doucement de la barque sans la renverser et j’essaie de nager. Mais l’eau est glacée, pénétrante, c’est inhibant, je ne suis pas rassurée – j’ai également l’impression que l’eau n’a pas de fond. J’entends toujours les voix, plus proches maintenant que je suis dans l’eau, et j’ai l’impression qu’il y a quelque chose sous moi. Je crois que j’ai peur… et mes brasses sont vaines, je n’avance pas plus vers la rive. Alors je reviens vers la barque et je remonte comme je peux dedans, et je recommence à ramer avec force… Les yeux fixés sur la rive, je vois alors mon chaudron qui m’attend. L’étape est bien là, je dois y arriver. Puis je remarque, debout derrière le chaudron, la forme noire qui ressemble à une faucheuse, qui me regarde intensément (bien qu’elle n’ait pas de visage). Je sais que c’est important, je crois qu’il y a un sens à tout cela, mais je ne comprends pas. Je pleure. Est-ce que je lui parle ? Je lui demande de l’aide ? Peut-être plutôt mentalement… La fixer ne fait pas changer les choses. Toujours ce silence, mon incompréhension, et la rive inaccessible. Je ne peux le faire. Alors je me retourne, je fais tourner la barque pour rentrer. Mais le chemin inverse est également très laborieux. J’ai l’impression que l’eau est devenue plus dense : je dois ramer au moins le double pour avancer normalement. Et la rive me paraît vraiment loin, par moment, elle recule également. Je sens qu’une partie des filles est remontée déjà, et Louve attend notre remontée. Tout d’un coup la barque disparaît, et je me vois de l’autre côté, sur le bord. Alors je me dirige vers l’escalier et l’emprunte. Quelque chose a changé : l’escalier est plus difficile à monter, moins rassurant que sa chaleur et la pulsation à l’arrivée, et il est tellement long ! J’ai la sensation que je ne vais pas pouvoir sortir… et j’ai ce poids derrière moi. La sortie du tunnel me paraît presque irréelle tellement elle a été laborieuse. J’ai beaucoup de mal à fermer la porte ronde, elle me paraît lourde et peu maniable, et il fait encore plus sombre autour de moi que quand nous sommes parties. J’ai l’impression que la grotte sous moi est pleine de …. choses. Toutes ces choses que je n’ai pas comprises, d’autres qui étaient et que je n’ai pas vues. La porte n’est peut-être pas suffisante pour les laisser à distance. Je retourne à alors à ma place, à mon corps, mais j’ai besoin de beaucoup de temps pour me calmer… Je suis complètement perturbée, et je crois que j’ai des larmes sur les joues.

Lorsque je reviens à moi, je tremble (à moitié de froid). Je vois que certaines sont très calmes, elles ont dû revenir il y a un moment. Mais à côté de moi, je vois que Ka n’est toujours pas revenue. Je crois que cette visite a été difficile pour tout le monde…. et en discutant, je vois bien que Ka est aussi perturbée que moi. Les échanges sont les bienvenus pour se calmer, avoir d’autres échos, d’autres visions, essayer de comprendre, … Il fait de plus en plus froid, surtout de plus en plus humide en tout cas, nous ne pouvons pas rester. Nous décidons alors de tout replier. Chacun vient faire ses offrandes au même endroit, nous prenons des bougies en main, et nous rentrons à la maison.

Publicités

~ par Valiel Elentári sur septembre 13, 2010.

Une Réponse to “Ma rencontre avec Morrigan”

  1. […] de notre première rencontre, toujours aussi bouleversante, un équinoxe d’automne 2009 (disponible ici). Cette année, j’ai eu le droit à mon lot de peurs, j’ai freiné des quatre fers […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :