Visages de Morrigan II, la Belle Dame sans Merci

(Pour ceux qui s’interroge sur le titre, c’est une référence à un poème de Keats)

Vous pourrez regarder les légendes à son sujet, ou simplement observer la liste de ses facettes, mais vous rendrez nécessairement compte de son côté impulsif, violent, … en tout cas, on comprend aisément d’y entendre parler de peur. Mais je tenais à nuancer cette image, en montrant quelques facettes de son tempérament. J’ai nommé « caractère entier », et cela paraît vraiment étrange car j’humanise quelqu’un/quelque chose qui ne l’est pas…. Mais c’est pour faciliter, donner une idée de tous ces ressentis compliqués au-delà des mots. En effet, c’est une Déesse avec laquelle il n’est pas aisé de travailler…. On se sent souvent tout petit, ridicule, insignifiant, et piéger sous une force si grande.

–          L’Intransigeance : On peut souvent penser effectivement que c’est le genre de Déesse qui ne supporte pas l’erreur et le médiocre, qui ne fait « pas de quartier ». Et ça n’est que partiellement faux. Mais je préfère voir sous un angle un peu différent : c’est une Déesse qui vise la perfection et la précision, de nos actes, qui demande quelque chose et qui veut que ça soit effectué avec la plus grande minutie pour être exactement conforme à ce qu’Elle voit/souhaite etc.  Oui, Morrigan est une Déesse entière qui demande, exige plus précisément, et Elle peut naturellement paraître froide pour cette raison, dans son rapport au croyant. Elle est plutôt douce, mais possède de très hautes exigences, et cela passe donc par beaucoup de rigueur, une certaine dureté. Cependant, pouvoir ressentir sa satisfaction par la suite est très précieux, et semble marquer une « libération » qui prouve qu’Elle n’est aucunement capricieuse, ou terrible par plaisir.

–          Un point qui découle du premier, le rapport de sujet : obéissance/soumission. Au départ je n’arrivais pas à mettre de mots dessus, seulement à percevoir ces exigences écrasantes, mais je crois que c’est bien cela, et c’est probablement dû à son rang royal, que j’avais occulté jusqu’ici. Je ne sais pas s’il y a de la peur envers Elle, mais je dirais plutôt que si la démarche est sincère c’est l’envie de ne pas la décevoir ou de faire de faux-pas qui pèse. Ce n’est pas de la crainte pure, ou liée à la Déesse en tant que telle, c’est un sens du devoir à tout prix qui s’exprime (qui peut malheureusement mener à la de culpabilité si on pousse). C’est comme si tout ce qu’Elle demandait devait être accompli, effectué, etc. Et ce sans défaut, sans faille (comme dit au-dessus à propos de l’intransigeance). On pourrait penser à un rapport de domination vu de l’extérieur, mais je pense plutôt qu’il s’agit d’une obéissance absolue du sujet. Et des gens qui travaillent ponctuellement avec Elle, qui la prennent moins « au sérieux » ne ressentiraient peut-être pas ce dont je parle. Mais ayant une démarche totale, je ne peux passer au travers, c’est ce que j’observe.

Je citerai ici Freya Ixchel parlant de son rapport à Hel, qui semble se rapprocher de mon propos (Forum Caverne de la Déesse Sombre)

« Elle ne s’est jamais toutefois imposée à moi avec violence, entêtement oui, ne me donne pas le choix, mais jamais elle n’a été violente. Elle se montre à moi comme stoïque, quasi immobile et générant peu d’énergie pour parvenir à se faire comprendre. Elle n’est ni très active, préférant l’introspection et le subtil. »

Je confirme ce côté sans violence, mais pressant, sans choix. Stoïque oui, Elle ne bougera pas d’un pouce et affichera ce même visage impassible tant que vous n’aurez pas répondu à sa requête. Mais contrairement à ce qui est décrit sur la passivité de Hel, Morrigan déploie une certaine énergie continue, diffuse, pour vous faire sentir que vous n’avez toujours exaucé sa demande, bien qu’Elle soit légèrement en retrait.

Je lie donc tout ceci à son rang royal, très élevé, exigeant, …. C’est une Déesse vraiment entière. J’espère pouvoir développer, compléter, clarifier avec le temps ce point.

Publicités

~ par Valiel Elentári sur octobre 6, 2010.

2 Réponses to “Visages de Morrigan II, la Belle Dame sans Merci”

  1. (Mmmmm, Keats… :))
    Je rebondis sur le dernier point, l’absence de choix. C’est très précisément la remarque que je viens de faire dans ma caverne 😉
    Elle impose son choix et écarte ce qui fait obstacle à la réalisation de ce choix, mais effectivement pas de manière violente, plutôt sur le mode répétitif… comme un refrain lancinant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :