Le trouble des Déesses patronnes identiques

Je me rappelle avoir répondu à plusieurs personnes sur des forums différents à des questions sur ce sujet. Il n’est pas rare que des personnes soient troublées, voire très troublées, d’avoir la même Déesse patronne que d’autres. La rapport peut être si spécial, si intense, que les païens n’imaginent pas que la Déesse puisse parler à d’autres…. et quand on s’ouvre sur le sujet, ça mène souvent à de grosses surprises. Je pense que c’est dû à plusieurs raisons, que j’expose ici, comme je l’avais promis il y a probablement déjà un mois (ou deux?).

– L’isolement : dans le rapport aux Dieux, même si beaucoup vivent par procuration, on apprend globalement seul, on n’expérimente seul, sans références extérieures. C’est une force, mais cela provoque aussi des surprises quand on explore sur le net justement : d’autres décrivent, semble-t-il, les mêmes choses que nous, avec la même divinité, les mêmes ressentis etc…. On peut être parfois ravi, et mais au départ souvent on manque de distance et réagir de façon étrange : la solitude peut nourrir quelques illusions. =>

– Il y a en effet des confusions sur l’idée de déesse patronne. Je pense que dans les faits, au fond de soi on est toujours conscient de la réalité, mais en surface on se fourvoie. Le Dieu patron, comme tous les Dieux d’ailleurs, ne s’occupera jamais uniquement d’une personne, de vous. Et il peut également nourrir des relations très spéciales avec tout un chacun. L’isolement renforce souvent ce point trouble, et crée une fort sentiment de possessivité. [Mon expérience est différent personnellement : je n’ai jamais considérée Morrigan comme une déesse patronne, seulement un Guide, un Dieu qui voulait lier des liens particuliers avec moi. J’ai répondu à son appel, je ne me suis pas posée de question, et je n’ai pas voulu mettre un mot. Je considère que tous les Dieux peuvent faire de même, et que ça pourrait m’arriver demain.]

– Le manque de confiance en soi. Tellement laissé de côté, mais je pense que c’est un des critères les plus importants ! Et pourtant c’est probablement aussi un des réflexes n°1. Ça se mélange avec la possessivité :  la personne se sent plus forte d’être intimement liée à un Dieu, ou de s’y être dédié. Mais lorsqu’elle se heurte à l’altérité, un autre qui est dans un cas similaire, elle se sent… trahie, dépossédée. Elle se pensait différente et se retrouve alors banale. En réalité elle n’a pas confiance en elle et n’est donc pas capable de voir nos singularités propres.

Quelques petites précisons (rappels) importantes :

– La relation de chaque Dieu à chaque croyant est unique, car les Dieux sont trop complexes, et nous sommes multiples, tous uniques. Donc même si plusieurs personnes ont la même divinité patronne, cela reste des relations différentes et uniques pour chacun.

– De même pour les « prêtresses » et « apprenties prêtresses » : elles sont toutes uniques dans leur personnalité comme dans l’exercice de leur foi. Même si deux prêtresses qui se spécialisent sur une seule Déesse choisissent la même, elles auront des rapports différents à cette Déesse, et elles auront une « médecine » (des centres de pratique) différentes, sans parler de leur façon de procéder.

Voilà mes pistes de réflexions.

Publicités

~ par Valiel Elentári sur décembre 24, 2010.

4 Réponses to “Le trouble des Déesses patronnes identiques”

  1. A very good post. I have heard of people becoming especially attached to their patron, but I have not heard much of people having jealousy, arguments or the like because they shared a patron Goddess or God. I find that if that happens, it is a sad thing because I see the relationships people have with their Gods as beautiful things in and of themselves, not contests or anything like that.

    I think that there can be as many good qualities about having a patron God or Goddess, and I think one of the qualities that should be the least thing they have to do with is ego. Your Goddess or God is a patron to you for a reason. Maybe it is because They have claimed you as Their Child, perhaps Their Priest (in my case, Odin claims me as both), or perhaps They have taken an interest in you because you are you.

    Being able to share my relationships with Odin has been one of the best things that has happened to me. There was a lot of doubt on my part when He claimed me as His son, and talking to wives of Odin and others attached to Him in different ways helped ease my mind. I think that is the best thing about having community, and these blogs. It’s that comfort that I hope to extend to others. Maybe they won’t feel so apprehensive if they see someone who is healthy, happy, and moving forward in life and sharing their experiences that is in the same boat as they.

    A damn good post, one that’s gotten me thinking. Thanks!

  2. Je trouve aussi que la question de la relation entre l’Homme et sa Déité est vraiment très importante. C’est forcément un rapport très intime et intense où se mêlent toutes sortes de sentiments et d’émotions.
    En principe on se découvre beaucoup d’affinités avec sa Déesse Patronne ce qui est très rassurant et valorisant et donc la tentation est grande de s’identifier à Elle en se l’appropriant. Il faut se garder de pousser cela à l’extrême en se prenant pour l’élu, le seul qui la connait vraiment et est aimé d’Elle. C’est comme vouloir l’enfermer dans notre esprit humain, la réduire à la dimension humaine donc affaiblir énormément ses pouvoirs, au final.
    Cela me fait penser au réflexe de phagocytose du petit enfant vis à vis de sa mère qu’il veut garder pour lui tout seul et n’a donc d’autre solution que d’essayer de la « manger ». C’est voué à l’échec mais en même temps tellement humain…
    Vu sous cette angle, il est normal que des rivalités s’installent entre personnes ayant la même Déesse Patronne. C’est exactement comme la jalousie entre 2 frères pour l’amour de leur mère. Cette jalousie ne peut être dépassée que si l’individualité de la mère est reconnu à part entière.
    Lorsque l’enfant grandit, il voit que sa mère n’est pas lui et qu’elle n’aime pas que lui et cela le pousse à construire sa propre personnalité en devenant un être unique et original ce qui rejoint bien la notion de confiance en soi.
    Il continue d’aimer sa mère mais en adulte c’est à dire dans le respect de qui elle est, sans chercher la fusion ni l’exclusivité.
    Parfois certains déplacent cette recherche de fusion et d’appropriation sur leur conjoint, un gourou ou une déité.
    En fait ils sont à la recherche d’eux-mêmes, comme tout le monde, mais au lieu de se chercher en eux, ils se cherchent au dehors.
    une relation trop exclusive est tôt ou tard vouée à la stérilité et à la déception donc il est bon de s’interroger la-dessus et trouver une solution plus équilibrée. On peut par exemple considérer sa Déesse Patronne comme un amie, une amie intime avec laquelle on a de merveilleux échanges tout en acceptant que d’autres puissent aussi avoir des liens privilégiés avec elle sans que nous nous sentions dépossédés pour autant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :