Morrigan et les runes

« Les runes de la Morrigan », un texte d’Aranna

Avant tout, une petite mise au point : les runes ne sont pas celtiques, c’est un amalgame très fréquent qui date de la fin du XVIIe et du regain d’intérêt pour les civilisations celtes et nordiques. D’un point de vue strictement scientifique, la Morrigan n’a pas de lien avec les runes. Cependant un certain nombre d’entre elles, par leurs significations et leurs utilisations possibles en magie, me semblent être en étroite corrélation avec certains aspects de Morrigan.

Les interprétations qui sont données ici sont subjectives et non exhaustives.

Gebo : la Grande Reine

D’après Freya Aswynn, le nom en vieil-anglais de Gebo est Gifu. Le verbe Giefu a donné To give en anglais moderne, c’est-à-dire, donner. Un extrait du havamal concernant la rune gebo nous dit

« Mieux vaut ne pas demander
Que trop sacrifier.
Qu’il y ait toujours récompense pour don.
Mieux vaut ne pas offrir
Que trop immoler. »
(traduction de Régis Boyer)

La rune gebo est la rune du don, de l’échange, des contrats de mariage et de l’union sexuelle mais aussi du sacrifice, il faut être en mesure de rendre les dons qui nous sont fait, sinon, mieux vaut ne pas les accepter. Cette idée de sacrifice s’accorde parfaitement avec l’histoire de la Morrigan et de Cúchulainn : c’est Morrigan qui initie Cúchulainn (initiation sexuelle et guerrière) et lui accorde la Souveraineté. Quand elle revient vers lui, il la repousse, écartant symboliquement les devoirs qu’implique cette notion. (Voir l’article Morrigan et Cúchulainn)
Le visage d’initiatrice, de la sexualité libérée mais aussi de la Souveraineté que représente Morrigan sont exprimées ici.

Laguz : la Prophétesse

Laguz est la rune du lac. Elle symbolise l’eau et la magie, plus spécifiquement la magie féminine. Elle est liée aux rêves et à la notion de prophétie. Morrigan est couramment décrite comme étant une prophétesse (La Seconde Bataille de Mag-Tured) et une magicienne.
La figure de Morgane Le Fay est souvent présentée comme étant une survivance ou une interprétation de la déesse Morrigan. En gaélique, morgane vient de muirgen qui signifie « née de la mer ».

Eihwaz : La Changeforme, la Reine-Fantôme

Eoh est une rune de mort, de voyages entre les mondes et de transformations. Ce type de voyages inclut les voyages dans le monde des morts ou les métamorphoses. Dans La razzia des vaches de Cooley on apprend que Morrigan, poursuivant Cúchulainn, a pris successivement plusieurs formes. Elle est également la Reine Fantôme, gardienne de l’autre-monde (que ce soit le monde des morts avec les banshees ou le Sidh).

Thurisaz : La Guerrière

Peut-être davantage que les autres aspects précédemment traités, Morrigan est connue pour être une déesse guerrière, la déesse des champs de bataille. Thurisaz est une rune de destruction extrêmement puissante, mais peut également être utilisée comme rune de protection. D’autres parts la rune Thurisaz est appelée Thorn, l’épine, dans le futhark anglo-saxon : associant depuis longtemps Morrigan à l’épine noire (le prunellier) pour plusieurs raisons, j’ai tendance à y voir un niveau d’association supplémentaire.

Publicités

~ par Valiel Elentári sur juillet 21, 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :