Hekate et Morrigan, différences & ressemblances

Voici une vidéo de Sorita d’Este sur Hekate et Morrigan :

Publicités

Travailler avec Morrigan sur la colère

Voici un témoignage anglophone, que j’espère n’être pas trop compliqué à comprendre (et assez court). Je mets en en évidence des parties qui me paraissent particulièrement importantes/clés.

*******

“Conflict is an intrinsic part of life – it pointless to try to avoid it altogether. You can just stand your ground and let other people to worry about their hurts.”

Learning this seems to be a key part of my path with Her Ladyship The Morrigan, if anything else because I am the sort of person that tends to keep the peace, softening the blows during arguments and expressed her anger with polite passive-aggressiveness even when that anger is entitled. None of those traits is a bad thing, necessarily, and I don’t really let other people to walk over me anyway but… there’s something very frustrating in not feeling free of expressing your more aggressive-assertive side, that is like the difference between self-censure and self-moderation.

The Morrigan inspires me to move past that, past the concerns of appearing too ‘affected’ by an offense, or the excesses of concern over how others might feel about something edgy I say during an argument.

She teaches that in order to be balanced you also need to know yourself at both side of the spectrum the quietness AND the battle, that sometimes it is not enough to just sit idly and believing you are right to affirm your rights… to be able to stand up for your ideals and needs is part of having honor too.

The more I research about Her, the most often I see referenced as a goddess of strife and war like those things are the core of Her… and they are, in a way and yet… not quite.

The Morrigan is Strenght, Power, Sovereignty at their most pure, bare state – those qualities can’t assert themselves without conflict because each of them requires that you confront yourself with something else.

She is a goddess of the battle – in every possible meaning of the word -but I don’t think it’s the battle in itself. I think that during a battle She is that impetus that pushes you forward, to survive and to win and to honor that inner competitive spirit everyone got inside them at some degree. She is the challenger that provokes your pride so you will best even yourself.

It’s not case She was the raven that croaked over the battlefield, both spurring her disciples on and frightening their enemies to death.

Or at least, this is my impression of Her so far – you will never know what can change during the journey.

Article original

Morrigan et Lammas

Voilà que Niniane m’a beaucoup intriguée l’autre jour en postant une photo de blé pour Lammas sur le groupe Facebook de l’Antre. Une démarche anodine s’il en est, mais cela m’était complètement sorti de la tête ! Et puis tout d’un coup je me suis mise à réfléchir… Morrigan et Lammas, qu’est-ce que ça donne ?

Effectivement Morrigan est très « volatile » ces derniers temps. Elle va et elle vient, elle me fait des coucous puis s’efface complètement… Qu’est-ce que Lammas finalement, et quel rapport à Morrigan ? Et bien cette année j’ai passé une étape supplémentaire dans la compréhension de ce festival. Cette année j’ai fait pousser des plantes et des fruits moi-même de la terre. Alors on a eu du temps pourri, bizarre, détraqué, mais y a quand même des charnières. Et là maintenant qu’on est en Août, j’ai l’impression que les plantes sentent que c’est la « fin de la saison »; Mes tomates murissent doucement, mais plus qu’auparavant et j’ai mangé pour la première fois des fruits entretenus et récoltés de mes mains. La lavande aussi va demander bientôt à être récoltée pour être séchée et servir en petits sachets…

Le moment de la récolte prend un autre sens. C’est aussi le moment de voir, de s’interroger : qu’est-ce qui a poussé jusqu’à maturité ? et donc quels soins ont été les plus appropriés ? Si ça n’est pas poussé, mal poussé, quelles en sont les raisons ? qu’est-ce qu’on peut ajuster pour l’année d’après ? Mon rapport à la terre s’intensifie. Je ressens en moi, et si je n’arrive pas à écouter, à ressentir, alors je suis les symptômes. Mais tout d’un coup je réalise aussi : quels sont mes fruits à moi ? Mes fruits personnels ? mes fruits spirituels ? qu’est-ce qui a poussé, qu’est-ce qui est mort ? S’il y a des choses qui sont absentes, est-ce parce qu’elles n’ont pas poussée ou bien parce qu’elles ont peut-être été délaissées, oubliées ?

Finalement j’ai un grand sentiment d’espace. Comme une transition : un espace qui a été choyé et qui apporte aujourd’hui des fruits, mais un espace en voie de renouvellement aussi. Le début d’un déclin pour faire place à autre chose… Plein de pistes intéressantes cette année, de façon imprévue.

Je devrais vraiment prendre sur moi de « pas être dans le mood » et faire quelque chose. J’ai fait une prière à la lune cette nuit, quand j’ai pris le soin d’arroser mes plantes, de voir dans quel état elles étaient, la lune est soudainement sorti d’une énorme couche de nuage, juste en face de moi… et j’ai senti sa force. Alors je lui ai demandé une bénédiction pour la fertilité. Un grand moment, purement simple, mais le genre qu’on ne peut pas remplacé.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑