Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Morrigan et la guerre, littéralement

Un bon article de rappel sur Morrigan en tant que Déesse de la guerre. (Source: Patheos, Morgan Daimler)

Cela ne nous plaît pas toujours aujourd’hui de la voir dans cet aspect « sanglant », mais cela n’est pas une raison pour le nier et « déformer » la signification de la Déesse. L’auteur rappelle d’abord les sources antiques que nous avons (ex: Strabo) qui explique que les Celtes étaient des guerriers accomplis qui « aimaient » la guerre, que Morrigan est connue pour inciter / encourager les guerriers au combat (ex: dans le  Cath Maige Tuired, elle encourage notamment Lugh ; mais aussi dans le Tain), et pour terroriser les ennemis. Dans « son » « aspect » Badb, elle incarne littéralement le carnage (Cath Maige Tuired Cunga), le sang, la charogne qui vient grignoter les cadavres.

Puis, il explique que certains caractéristiques peuvent rattacher Morrigan à la paix, mais pas celle que l’on pense au premier abord (pas le pacifisme). Premièrement, c’est plutôt dans son aspect prophétique, quand elle est représentée comme celle qui peut dire quel camp va gagner. Deuxièmement, la paix entre en compte quand on la définit comme « liberté » : être libre de la peur, de la violence, de l’oppression. Or justement, la « paix » paradoxalement demande parfois qu’on se batte. A priori, quand Morrigan défend un camp, incite à la guerre, il s’agit de libérer un peuple de l’oppression, de regagner cette « paix »-là. La paix n’est pas gratuite, elle demande un coût.

L’auteur conclut en expliquant que selon lui nous affaiblissons les Dieux si nous les modelons selon nos désirs (pour les adoucir ou autre).

Publicités

Une Réponse

  1. Excellent article. Il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais on est lundi soir et mon cerveau est un peu parasité par ma journée de boulot, et j’ai du mal à aligner les idées -_- Je vais quand même essayer d’en poser 2 ou 3, ne m’en veuillez pas si c’est décousu.

    Une « bonne » guerre vaut mieux qu’une mauvaise paix.
    Il y a toujours eu et il y aura toujours (l’humain étant ce qu’il est) des raisons de se battre, de faire la guerre contre ce qui porte atteinte à « notre » liberté (et « notre » peut se décliner sur tous les modes, du plus local au plus universel, de la petite guéguerre avec un voisin à la lutte contre ce qui porte atteinte à la vie sur cette planète). On peut aimer la paix sans pour autant « tendre l’autre joue ».
    La Grande Reine incite à la guerre, en effet, elle pousse à se réveiller, à réagir et à se battre. Et même si partir en guerre n’est pas aussi plaisant que se la couler douce au milieu des licornes, c’est indispensable (ne serait-ce que pour protéger les licornes, qui sont quand même une espèce plus que menacée^^).
    Et même si faire la guerre n’est pas plaisant/agréable, on peut en tirer une certaine forme de satisfaction/ de fierté : dans le fait de ne pas se laisser faire (ou laisser faire à d’autres ce qui n’est pas tolérable), de se battre bec et ongles pour ce qu’on croit juste, de se lancer dans l’action parce que fermer les yeux serait un déshonneur.

    janvier 22, 2018 à 20:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s