Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Au cœur du Ciel

Le Ciel est l’un des trois royaumes dans la tradition celtique. Dans la culture irlandaise, il porte le nom de Nem (se prononce [Nev]).

Qu’est-ce que les trois royaumes ?

Il s’agit de la base cosmologique de la plupart des peuples celtes . On retrouve donc le royaume de la Terre, le royaume de la Mer et le royaume du Ciel. Selon Lora O’Brien, au croisement de ces trois royaumes se trouve le feu qui serait la magie. La pratique reconstructionniste irlandaise se base sur le Tain:

“Sualtaim cries: “Is it the sky that breaks or the sea that ebbs or the earth that quakes or is this the distress of my son fighting against odds on the Foray of Cuailnge?[1]

Dans cette citation du Tain, les trois royaumes sont cités.

Dans la culture gauloise, on retrouve la fameuse phrase qui est en réalité une citation de Strabo qui indique que ce peuple avait peur que le Ciel leur tombe sur la tête[2].

Certains dieux sont associés au monde Chtonien, d’autres sont associés plutôt au monde marin, d’autres encore sont associés au monde Céleste. Dans la culture Gauloise, Cernunnos est parfois présenté comme un dieu appartenant au monde tellurique (autel de Reims, la présence du rat au dessus du relief est parfois interprétée par les historiens comme une preuve que la scène de l’autel se trouve sous terre). Nemetona, quant à elle semble posséder de par l’étymologie de son nom, un lien avec Nem, le Ciel.

Il existe également une porosité entre les royaumes. En effet, on retrouve dans certains récits l’idée selon laquelle les royaumes se « touchent » ou existent en même temps, parallèlement. Cela est visible dans la Navigation de Bran. Le héro, sur la mer rencontre tout à coup le dieu Manannan Mac Lir qui lui livre une description de la mer comme d’une plaine faite de terre. Il décrit alors la mer que voit Bran comme Emhain, la plaine de l’Autre Monde. Dans la première bataille de Moytura, la Morrigan après la victoire s’exprime ainsi dans la traduction de Dottin : «  Paix au ciel- ciel à terre, monde sous ciel, force à chacun » (p 59). Dans cette prophétie (« Sith co Nem »), les royaumes de la terre et du ciel se mélangent.

Eryn Rowan Laurie dans son livre Ogam weaving word Wisdom parle de « courants » permettant de relier les différents royaumes que l’on peut emprunter. A titre personnel, j’ai également pu constater lors de mes travaux l’existence de deux courants énergétiques, l’un ascendant l’autre descendant, permettant de traverser les royaumes. Pour plus de clarté, je les ai nommés courant clair et courant sombre.  

Et Le Ciel dans tout ça ?

Le Ciel est donc un royaume. Il semblerait que le ciel ait été un lieu où auraient habité les Dieux irlandais avant de se retrancher dans les collines (Morgan Daimler, Manannan Mac Lir, Pagan Portal). Certains païens émettent l’hypothèse que le Ciel chez les Gaulois serait l’endroit où vit Taranis et d’autres dieux célestes.

Chez les Gaulois, le Ciel pourrait être décomposé en deux parties selon             Segomâros Widugeni qui utilise le Dictionnaire de la Langue Gauloise de Xavier Delmarre.

« Albios: Le Ciel, maison des divinités célestes, des corps célestes en lien avec l’idée de lumière, de pureté, de vérité. Source du pouvoir du principe de Samos, l’été.

Nemos: serait un autre nom pour designer le ciel bien que ce mot soit peut être plutôt utilisé pour désigner le ciel physique. »[3]

Il est difficile de décrire les attributs du royaume du Ciel mais il semble relié au divin et au mysticisme.

Le Ciel et la Météo

Dans son livre consacré à Manannan Mac Lir, Morgan Daimler explique que le dieu est capable de prévoir le temps qu’il fera et donc de le maitriser. Pour elle, la maitrise de la météo est la maitrise de « la forme du ciel ». Autrement dit, maitriser la météo c’est quelque part maitriser la forme que prendra le Ciel. Il n’est pas rare de voir dans le Lore les dieux prendre le contrôle de la Météo.

Dans la première bataille de Moytura, on trouve cette description: « C’est alors que Badb, Macha et Morrigan allèrent jusqu’au [ to the Knoll of the Taking of the Hostages, and to the Hill of Summoning of Hosts at Tara] et envoyèrent des averses magiques de sorcellerie, des nuages compacts de brume et une furieuse pluie de feu faisant pleuvoir des cieux du sang sur les têtes des guerriers[4]. »

Le feu, la pluie et les nuages montrent un lien probable entre maitrise magique des éléments et le ciel.

D’autres divinités comme la Cailleach ont pour attribution explicite le pouvoir de contrôler la météo.

Les Augures : Mary Jones

Le Ciel est l’endroit où se trouvent les oiseaux qui sont souvent présentés comme les messagers des dieux (par exemple, les corbeaux et les corneilles sont considérés comme les messages de Badb).

Les oiseaux sont également très liés aux augures c’est-à-dire à des méthodes de divination traditionnelle faisant intervenir les oiseaux. Sur le site de Mary Jones, on retrouve un texte présentant l’interprétation des augures des corneilles.

Le Ciel et la liminalité

La liminalité est au cœur de la tradition magique et spirituelle irlandaise. On pourrait la définir comme tout moment ou espace « entre deux ». On considère que tout endroit ou moment liminal est propice à la magie. Par exemple, c’est pour cette raison que Samhain et Bealtaine sont considérés comme des moments particulièrement puissants car ils sont les moments de bascule entre l’Eté et l’Hiver (Sam et Gam). Ils sont donc des moments magiques où la divination est rendue plus simple car la liminalité y est forte. Parfois, on double voire triple les liminalités pour davantage d’efficacité: Pratiquer la magie lors du crépuscule de Samhain dans une caverne, c’est s’assurer une grande efficacité divinatoire car Samhain est le moment de bascule entre l’été et l’hiver, le crépuscule est le moment de bascule entre le jour et la nuit et la caverne est ni plus ni moins que du Ciel dans de la terre.

Le Ciel comme porteur de l’Aube et du Crépuscule peut donc être porteur de liminalité et donc faciliter la pratique magique et divinatoire.

Participation des membres :

  • Le Royaume du Ciel entretiendrait un lien avec l’Ulster et particulièrement Macha. L’Ulster représenterait le Royaume du Ciel et Connacht le Royaume de la Terre.
  • Dans les Navigations (Imramma), les âmes se transformeraient en oiseaux=> on peut faire le lien avec la pratique guerrière de l’excarnation qui permet aux oiseaux charognards d’emmener avec eux les âmes guerrières sur les champs de bataille.

Pour aller plus loin :


[1] http://www.tairis.co.uk/cosmology/sources-for-the-three-realms/

[2] http://polytheist.com/segomaros/2015/03/04/samos-giamos-bitouesc/?fbclid=IwAR2gZWWLBVgh2BG1ojH569W8qm4TdZpdlhiujhTPJmTJXnqrlYXE71BpMBg#sdfootnote4sym

[3] Traduction personnelle d’un court paragraphe de cet article : http://polytheist.com/segomaros/2015/03/04/samos-giamos-bitouesc/?fbclid=IwAR2gZWWLBVgh2BG1ojH569W8qm4TdZpdlhiujhTPJmTJXnqrlYXE71BpMBg#sdfootnote4sym

[4] Traduction personnelle à partir de la trad anglaise dispo sur Mary Jones : https://www.maryjones.us/ctexts/1maghtured.html

Une Réponse

  1. Merci pour ce travail de recherche très intéressant !

    octobre 15, 2020 à 23:17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s