Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Découvrir Morrigan

Retrouvons notre souveraineté individuelle et collective – Notes d’écoute

Notes d’écoute de l’excellent podcast « Floraisons« , que j’ai présenté sur le forum à la suite des demandes qui m’ont été faite au sujet de la lutte environnementale.

Je manque de temps long pour me poser, car une telle émission demande d’être vraiment présent pleinement, d’écouter attentivement, souvent plusieurs fois, et à mon avis de prendre des notes. Mais je trouve ça beaucoup trop important pour le laisser passer et pour attendre que j’ai l’entiereté du temps idéal que j’imagine pour l’écouter, ainsi que celui que j’aimerais passer à transcrire le texte, rapporter les idées, et les commenter… Donc je vais me contenter d’un tout petit article qui pointe deux trois choses qui ont retenu mon attention, un peu comme je l’ai déjà fait avec le format vidéo (fiches de synthèse des vidéo de Lora O’Brien, qui étaient des résumés par contre, pas des citations). Au pire, je me dis, je reviendrais avec le temps ajouter des éléments quand je peux.

L’épisode 5, donc, s’intitule « La radicalité est oligatoire ». Il est magnifique, bien que je n’ai pu que l’écouter en sessions fragmentées et distantes dans le temps. J’ai appris à me dire que « ça ne sert à rien de se presser », ça infuse en moi. L’invitée cette fois-ci est Isabelle Attard, ancienne députée écologiste qui explique extrêmement bien comment se passe l’arrivée à un statut politique, l’attraction du pouvoir, l’illusion de pouvoir jouer un rôle dans les structures en place, et son réveil imprévu à l’anarchisme. Ce qui est vraiment génial selon moi avec ce podcast, c’est que contrairement à beaucoup sur le lien que je vous ai donné dans le titre, on a accès à un petit résumé de la structure de l’épisode, à la présentation de l’invité(e), et ensuite à une présentation synthétique du contenu idéologique ou historique présenté (avec une bibliographie aussi). Alors ça ne remplace pas une transcription, mais c’est un gros atout d’avoir un support écrit en plus de la piste audio.

Nota : je ne suis pas aujourd’hui là pour promouvoir des idées politiques. Je cherche à vous donner des informations, des concepts, des idées, et des points de vue qui sont rattachés à la Souveraineté que l’on aborde en ce lieu sacré.

 

Thèmes que je retiens pour nous aujourd’hui : la perte du lien et la perte de la souveraineté.

[Autour des 38 min pour celles et ceux qui veulent retrouver le passage]

Idée 1 : L’anarchisme c’est retrouver du lien.

Comment redevenir maître de sa vie, de sa propre liberté ?

L’animateur : « Tout ça n’est pas possible sans démanteler les structures de domination qui existe malgré les prises de conscience personnelles, parce que nous on a beau prendre conscience de choses, on n’en reste pas moins dominé politiquement, par l’Etat, sa police, physiquement, économiquement, par le patronat, le capital, les relations. Et l’anarchie ce n’est pas seulement effectivement, une remise en question personnelle mais une remise en question des structures qui font qu’on est dans cet état. »

Isabelle : « C’est ça, de comprendre comment on en est arrivé là., de quelle façon on pourra en sortir. Et surtout, cela fait réaliser quelque chose qui fait mal, c’est qu’aujourd’hui on a perdu la solidarité. Et quand on revient sur les textes et la création finalement du mouvement anarchiste dans le monde entier, ce qui apparaît le plus (…) c’est la solidarité entre et les gens. Et ce qui m’attriste le plus aussi, c’est (…) de voir cette solidarité disparaître. Parce qu’on a tout fait pour qu’on soit dans un monde où l’individualisme règne. »

Idée 2 : Le vice de la pensée positive.

Ça n’est pas formulé exactement comme cela, Isabelle Attard ne prononce pas le terme de « pensée positive » qui a cours dans notre milieu spirituel. En revanche, elle parle de « psychologie positive » (qui pour moi a été importé chez nous via la mode du développement personnel, qui est devenue capitaliste) et ausi de « l’injonction au bonheur ». C’est cette dynamique là, le contenu qui est décrit, qui me fait trouver une correspondance exacte avec le problème du New Age et de toutes les spiritualités « positives » actuelles (dans leurs excès essentiellement, mais pas que).

Isabelle (suite) : « Et c’est très important pour moi de relier tout ça à ce qu’on appelle la psychologie positive, le fait d’inverser la pyramide de Maslow [ndt: la pyramide des besoins]. C’est à dire que, pour résumer, avant on avait [à la base des besoins] satisfaire nos besoins primaires, qu’on ait de quoi manger, un toit, (…) des vêtements, etc. de façon à avoir cette sécurité qui nous permet la réflexion, qui nous donne la capacité de remettre en cause un système. Parce que quand on n’a pas besoin de lutter pour se nourrir, c’est une première sécurité. Aujourd’hui, la pyramide de Maslow [est] inversée, puisqu’en premier on doit chercher le bonheur, on doit être heureux, c’est une injonction à être heureux. Et cette injonction [est] importante pour moi parce que finalement elle fait en sorte qu’on ne se regarde que le nombril, parce que nous sommes responsable de notre propre bonheur, si on n’est pas heureux c’est de notre faute. Et donc elle empêche toute remise en question [ndt: cad. toute lecture et analyse des systèmes de pouvoir], toute condamnation, toute lutte contre un patron autoritaire, contre un Etat autoritaire, contre un gouvernement qui ne fait pas son travail. Y a une inversion complète du rapport de force, c’est soi-même, soyons heureux, et si je critique je deviens une personne nuisible, parce que finalement je n’incarne pas le bonheur absolu, je ne souris pas tout le temps (…). Et c’est surtout une (…) injonction à rester seul chez soi, et à ne pas se regrouper avec d’autres, à la fois pour chercher de l’aide, pour se joindre à une lutte, pour défendre des opprimés etc. Tout ça est annihilé complètement. (…) Les conséquences de tout ça sont beaucoup plus dramatiques que ce que j’imaginais, sur l’isolement, sur le repli sur soi, et sur la non solidarité, et finalement on ne voit même plus qu’il y a une possibilité d’échapper au système actuel… »

Y a tellement d’expressions choisies qui retiennent mon attention, ça a été difficile de me retenir de souligner le texte partout pour vous montrer ce que je vois… Mais je me suis dit que cela gênerait la lecture. J’ai à peine mis quelques mots importants en italiques. En revanche, j’extraie une autre dérive qui vient réduire à néant la souveraineté personnelle et collective : « Si je critique je deviens une personne nuisible ». Le modèle qui nous a élevé, culturel d’abord, puis renforcé et broyé par le capitalisme, empêche la critique. Et la pensée positive vient complètement s’embarquer là-dedans. On n’a plus le droit de remettre en question, on n’a plus le droit d’être critique. Il faut tout accepter, tout le temps, et ne jamais « dépasser ». Pour moi c’est symptomatique du fait qu’on gobe tout ce qu’on nous dit, tout ce qu’on nous vend, etc, sans jamais juste observer clairement, analyser une chose. Dire qu’il y a du négatif n’est pas mauvais en soi, et ça n’enlève pas les choses qui ont été bien faites. Rien n’est tout noir ou tout blanc. Et côté développement personnel c’est vraiment encore plus malsain, car la pensée positive rejette la remise en question des comportements à la fois individuels et collectifs. Si on critique, cela veut dire qu’on projette. Impossible de pratiquer à une réelle remise en question. On nage en pleine transgression de la souveraineté des personnes, de leur liberté de penser. Cela revient à une injonction à « filer droit » autoritaire, totalitaire même (rejet de la dissension).

En résumé, voici que je vois : la « pensée positive » (notamment) brise les libertés et la Souveraineté individuelles, bride la vision, empêche de poser des questions, de critiquer, de remettre en question, et évacue toute forme de dissension. C’est presque une dérive totalitaire.

Voici pour ce premier fragment de l’émission. Je reviendrais si j’arrive à extraire d’autres passages.


Poème pour Macha

Un poème de Phro Nesis, qui nous invite à réfléchir à l’aspect « sauvage » de la Morrigan à travers son visage de Macha.

A titre personnel, j’y vois une forme de méditation et de louange de la puissance de vie de Macha. Ce texte mélange ainsi une ode guerrière au visage traditionnellement plutôt Souverain de Morrigan. (Dans les mythes, Macha n’est pas celle qui se bat sur les champs de bataille à proprement parler, mais plutôt celle qui, dans un mariage juste, accorde l’abondance souveraine. C’est plutôt un aspect de la Terre souveraine.)

Macha
Rouge comme les flammes que ton sang guerrier épuise
Rouge comme le soleil couchant sur ta Terre que tu défends ardemment.
Macha, gardienne de mes territoires secrets et intérieurs, fertiles et extérieur,
Tu es mon bouclier face à toutes les invasions.
Ta couleur est la trace indélébile de tes séjours dans l’Autre Monde d’où tu viens et où tu vas.
Dame nourricière tu nous apprends où chercher nos ressources et à réclamer ce qui nous est dû.
Pour survivre, jamais pas avidité, tu nous aides à devenir guerriers.
Que le soleil soit ta trace, de l’aube au couchant , de l’hiver au printemps.

 


Poème de travail sur la Souveraineté personnelle, par Phro Nesis

C’est avec un immense plaisir que j’ai reçu de nombreuses contributions de Phro Nesis par email. Pour rappel, vous pouvez toujours soumettre vos textes personnels sur l’Antre, et quand j’ai un moment je les lis attentivement pour voir s’ils peuvent convenir à l’Antre.  Vous trouverez ici un poème de travail sur la Souveraineté personnelle.

Tu es vie, tu es mort
Souveraine déesse
Coasse, coasse encore
Corneille prophétesse
Toi qui prends et donnes le pouvoir à toute chose
Ton cri perçant, du plus profond de la nuit,
Ouvre mes perceptions et m’incite à me reconquérir, à me relever.
Plus jamais à genoux !

.


La Reine guerrière, par Ashcoloured

Merci infiniment Ashcoloured et Nox Lux de m’avoir autorisée à poster cette illustration de la Morrigan. A force d’avoir vu passer beaucoup trop d’images de guerrières complètement dénudées ou avec des « armures » qui ressemblent plus à des bikinis, j’ai été en amour tout de suite avec cette illustration assez sobre mais très vibrante, très puissante. Outre la présence du corbeau (très romantique…) et adorée des païens, on retrouve cette fois-ci également la référence historique à l’anguille, qui prend de plus en plus de sens pour moi quand on lit des travaux sur la sorcellerie irlandaise (des choses à venir dans un futur livre de Morpheus Ravenna).

Notez qu’elle provient d’un projet d’oracle en cours.

Page originale d’Ashcoloured
Page originale de Nox Lux


Review complète de l’Oracle de Morrigan

Bonjour à tous et à toutes !

Il m’a fallu quelques mois, mais je me suis procurée l’Oracle de Morrigan de Morpheus Ravenna dont j’avais parlé à sa sortie. Pour tous les curieux qui se demandaient à quoi ressemblait le jeu, j’ai réalisée une présentation détaillée.

  • Si vous n’aimez pas les vidéos, vous aurez une synthèse écrite sur mon site spécialisé.
    (C’est aussi utile pour retrouver les informations mentionnées dans la vidéo après-coup, plutôt que de tout reparcourir, surtout que j’avais laissé passer quelques erreurs !)
  • Pour le reste, je pense que vous pourrez apprécier la vidéo pour voir les cartes en grand détail :

EDIT : notez que j’ai déjà commencé à ajouter plein d’autres petites informations utiles qui n’apparaissent pas dans la vidéo sur l’article du site. 🙂


Rédaction du livret pour débuter (2)

Pour ceux qui auraient raté, je me lance dans la rédaction d’un livre pour débuter. Infos ici (cliquez). Voici ce qui a été défini pour l’instant avec les suggestions de quelques uns d’entre vous :

1°) Je devrais garder un titre légèrement « poétique » + un sous-titre descriptif. Voici les exemples du moment :
– (titre) « Sur les pas de la Morrigan »
– (titre) « A l’Ombre de Morrigan »
– (titre) « Premiers pas à l’ombre de Morrigan »
– (sous-titre) « Guide pour débuter la pratique »
Je m’interroge sur l’idée que les personnes visées n’ont jamais pratiquées avec Morrigan, qu’elles ressentent sa présence sans être sûres que c’est bien ça, etc… Il reste l’idée qu’on cherche à identifier s’il s’agit bien de Morrigan, et aussi celle de répondre à une présence / demande. Je continue d’avoir en tête ces personnes qui cherchent à « Répondre à l’appel de la Morrigan »…

2°) Pour le contenu du livre et sa structure, je suis embêtée car je ne voudrais vraiment pas répéter ce qui a été dit ailleurs. Les mythes sont disponibles, en anglais et en français. L’excellent livre introductif de Morgan Daimler vient d’être traduit. Je ne peux pas traduire un travail d’autrui sans autorisation comme ça, et proposer le contenu tel quel. Soit un garde la source d’origine et on la  traduit, on la rend accessible (ça demande un contrat, c’est un travail à part entière). Et ce n’est pas le but du livre, vu que pour cette partie, on trouve déjà de l’info. Mais malgré tout, la demande revient de proposer un condensé / résumés des informations en français au même endroit… Du coup ça me paraît délicat que ça n’apparaisse pas du tout.

A l’heure actuelle, je visualise donc un livre en deux parties :
– partie 1, « identifier la Morrigan » ; soit une partie théorie ; savoir identifier une divinité, la mythologie très résumée (mythes principaux, et correspondances sourcées), … ;
– partie 2, « guide pratique » ; soit une deuxième partie purement pratique (offrandes, invocations, prières, …) ;
bien que je m’interroge sur l’étendue de la première, l’équilibre à obtenir.

Quels sont les besoins que vous ressentez dans votre pratique ? Quelles informations vous manquent ? Que chercheriez-vous ?