Liste de références sur la Morrigan

Bon, il était temps. quand j’ai vu qu’encore un membre du groupe facebook était venu demander des références de livres sur la Morrigan, je me suis dit qu’on avait trop attendu pour créer ce post et le compléter collectivement.

Posez donc toutes vos questions en commentaires, ajoutez vos avis, ajoutez vos propres références, et on fera un mélange !

Valiel

********

Sources primaires

Liste des histoires irlandaises associées à Morrigan à consulter:

– Cét-Chath Maide Tuired
– Cath Maige Tuired
– Lebor Gabala Erenn, volume 4
– Banshenchas
– Dindshenchas, particulièrement Odras, Berbas, et Bru na Boinde
– Adventures of Nera (Echtra Nerai)
– Cattle Raid of Regamna (Tain Bo Regamna)
– Cattle Raid of Cooley (Taib Bo Cuiligne)
– Wooing of Emer (Tochmarc Emire)
– The Death of  Cu Chulainn (Aided Cuchulainn)

D’autres textes existent concernant Badb et Macha. Merci à Morgan Daimler pour cette liste, qui nous indique également que ces textes sont accessibles en bilingue sur le site de Mary Jones : http://maryjones.us/ctexts/index_irish.html

Sources secondaires

LES livres de référence sur la Morrigan

– DAIMLER, Morgan, Pagan Portals – The Morrigan: Meeting the Great Queens, Moon Books, 2014.
– LE ROUX, Françoise, GUYONVARC’H, Chr.-J., La Souveraineté guerrière de l’Irlande, Yoran Embanner, 2016. (Le seul ouvrage en français actuellement)
– RAVENNA, Morpheus, The Book of The Great Queen: The Many Faces of the Morrigan from Ancient Legends to Modern Devotions, Concrescent Press, 2015.

Les livres conseillés

– WOODFIELD, Stephanie, Celtic Lore & Spellcraft of the Dark Goddess, Invoking the Morrigan, Llewellyn Publications, U.S., 2011  (infos ici sur l’Antre)
– By Blood, Bone, and Blade: A Tribute to the Morrigan, éd. Nicole Bonvisuto, Neos Alexandria, 2014  (un article ici sur l’Antre, une édition corrigée existe)

Les livres à éviter ! 

– RANKINE, David, D’ESTE, Sorita, The Guises of the Morrigan, Avalonia Books, 2005.
– PENCZAK, Christopher, Feast of the Morrighan, Copper Cauldron Publishing, 2012.

.

Publicités

Un tarot thématique sur le corbeau

Je ne connais pas du tout l’artiste, je viens à peine de découvrir l’information, donc je n’ai aucune recommandation à faire, ou aucune mise en garde. Mais je partage pour celles et ceux que cela pourrait intéresser. Un projet de tarot (américain) entièrement centré sur la figure du corbeau. Un projet qui n’a plus que 2/3 jours pour clôturer, proche du but mais pas encore. Cela pourrait intéresser certains ici :

 

https://www.indiegogo.com/projects/fly-through-the-veil-with-the-crow-tarot

EDIT : après un balayage rapide de la page, et pour les personnes pas très à l’aise avec l’anglais, ce passage important : « The deck is scheduled to be released by U.S. Games Systems later this year – but you can be one of the first to get your copy as soon as it is released by supporting my Crow Tarot Journal project and because the decks will be shipped to be for distribution – I will sign each box and add a little hand-written note of thanks!  » ==> Le jeu sera publié avec US Games plus tard (automne 2018?), mais acheter le jeu maintenant c’est soutenir l’artiste, avoir une copie en avance et signée, et un petit mot manuscrit.

On dirait que l’auteur a fait énormément d’ajouts aux récompenses, vraiment, la page est à lire, un site web est disponible, elle présente un journal de travail (workbook) qui accompagnera le tarot et le livret… Il y a de la matière pour réfléchir. Il y a un site web, un facebook….

Le foyer après la guerre

Coup de cœur pour ce magnifique récit…. Il faut pouvoir apprécier la langue dans sa beauté, mais malgré tout, une traduction sommaire donnera probablement une bonne idée du contenu même si le côté littéraire sera « perdu » : « Home is where the Hearth is » par Scealai Beag.

******

She stopped outside her home and dropped her shield and spear upon the ground.  Tired aching pained muscles shirked the pack from her shoulders.

Walking into the welcoming darkness of her home she moved towards the back and froze.

She was not alone.

Her eyes roamed the space as her hand drifted towards the blade at her hip, warrior instinct triggering a primal warning in the recesses of her brain.

There.

The fire had been banked before she left for the Battle. Now it danced merrily in logs that must have been burning for hours, her cauldron strung over the heat, yet no scent of cooking filled the space.

Inhaling deeply she picked up a smell from the second alcove of the cave, where the spring filled the pool. The movement of the water and the damp earthy aroma almost masked the scent, one that was strangely more earthy than the very rock and clay around it.
Moving forward confidently now, she entered the back of the cave knowing full well who was there.
The hulking broad figure was silhouetted by the candles at play about the pools edge and she heard a strange noise as something, blocked from her sight, dropped into the water’s depths.
How is it that you come so freely into this space?
Her voice cracked the silence wide open with its demand. Her Will driven into the words, a Will that commanded armies and made the very air freeze, and time cease its march.

The figure stood slowly, turning towards her.

As His eyes fell upon Her, the primal part of her brain shuddered and a need to fight or flee skittered its way toward her thoughts only to be crushed mercilessly by her Will.

She was the better of most and the equal of only one, She would dictate her path.
She alone.

Her eyes fell to his hands. Broad and strong, with skin creased from work, they were held palms up, out towards her.
In the darkness, she could barely see his face but the smile he wore was as plain as the dawn and almost as bright.
Silence, warm and comfortable rolled itself back into the space.
Stepping forward she spread her arms out wide. They had played this game before.

With gentle hands, he pulled the léine from her shoulders and the trews from off her legs.

With vestments of war left in a bloody pile on the rock, he lead her to the pool. As her foot touched the water she could not suppress her hiss of surprise.

The water, normally cool and refreshing, was warm as steam rose from its surface.

Her eyes locked on his as her brain worked rapidly. Her exhalation had not gone unnoticed and a soft chuckle rumbled from his chest.
 
Rocks. Heated on the fire and placed in the water. 
It was a statement of a truth discovered with quick thinking and perception, and though there was no question to it, he nodded in answer.
Stepping down into the rock pool She turned to see if he would follow. Surprised again, she took pause to watch as the game changed further, he sat upon the pool’s edge and lifted a comb into his hands.

Turning her back to him She settled into the water, then felt his big gentle hands undoing her war braids one at a time, lifting water cupped in his palm to wash and work the blood and viscera from her mane.

As the last braid was cleansed the heat had soaked its way into her, relieving her war weary muscles of their aches.  With her hair fanned out about her she felt the comb enter her tresses.
 
Welcome home my love.
The basso voice slipped softly through the silence, and as the rumbling relaxing song began on his lips, the Dagda began to comb the Morrigan’s hair.

.

*********

 

Morrigan et la guerre, littéralement

Un bon article de rappel sur Morrigan en tant que Déesse de la guerre. (Source: Patheos, Morgan Daimler)

Cela ne nous plaît pas toujours aujourd’hui de la voir dans cet aspect « sanglant », mais cela n’est pas une raison pour le nier et « déformer » la signification de la Déesse. L’auteur rappelle d’abord les sources antiques que nous avons (ex: Strabo) qui explique que les Celtes étaient des guerriers accomplis qui « aimaient » la guerre, que Morrigan est connue pour inciter / encourager les guerriers au combat (ex: dans le  Cath Maige Tuired, elle encourage notamment Lugh ; mais aussi dans le Tain), et pour terroriser les ennemis. Dans « son » « aspect » Badb, elle incarne littéralement le carnage (Cath Maige Tuired Cunga), le sang, la charogne qui vient grignoter les cadavres.

Puis, il explique que certains caractéristiques peuvent rattacher Morrigan à la paix, mais pas celle que l’on pense au premier abord (pas le pacifisme). Premièrement, c’est plutôt dans son aspect prophétique, quand elle est représentée comme celle qui peut dire quel camp va gagner. Deuxièmement, la paix entre en compte quand on la définit comme « liberté » : être libre de la peur, de la violence, de l’oppression. Or justement, la « paix » paradoxalement demande parfois qu’on se batte. A priori, quand Morrigan défend un camp, incite à la guerre, il s’agit de libérer un peuple de l’oppression, de regagner cette « paix »-là. La paix n’est pas gratuite, elle demande un coût.

L’auteur conclut en expliquant que selon lui nous affaiblissons les Dieux si nous les modelons selon nos désirs (pour les adoucir ou autre).

Un peu surprenant, Mylène Farmer « Fuck Them All »

Un partage de Vincent Smile: « Vulgaire & franche mais pour moi bien Morrigan. »

« Fuck Them All »

La nature est changeante
L’on respire comme ils mentent
De façon ravageuse
La nature est tueuse
Au temps des «Favorites»
Autant de réussites
Pour l’homme qui derrière a…
Une «Belle» qui s’affaire… à
Faire… de leur vie un empire
Blood and tears!
Faire l’amour à Marie
Blood and tears!
Et « Marie » est martyre
Blood and tears
Sur le mur: nos soupirs!
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Nos vies à l’envers
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Saigner: notre enfer!
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Nos vies à l’envers
Blood And Soul
Faites-le nous!
Dans le texte
Le sang c’est le sexe
De nature innocente
L’on manie élégance
Et d’une main experte
D’un glaive l’on transperce
Les discours trop prolixes
Que de la rhétorique
Lâchetés familières
Qui nous rendent guerrières
Faire… de leur vie un empire
Blood and tears!
Faire l’amour à Marie
Blood and tears!
Et « Marie » est martyre
Blood and tears
Sur le mur: nos soupirs!
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch! (they said)
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch! (they said)
Hey Bitch, you’re not on the list
What’s your name again?
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch!
Hey Bitch, you’re not on the list
Hey Bitch, you’re not on the list
You Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch!

 

********************

Quelques mots pour introduire cette chanson et ce clip; on pourrait longuement disserter sur la question, mais je n’ai pas le temps. Le clip présente des corbeaux qui rôdent, une femme rousse aux cheveux longs en manteau noir, une femme rousse aux cheveux coupés enfermée dans une cage ; je ne peux me débarrasser de cette impression métaphorique de chasse aux sorcières. Mais il y a aussi la question du double, cette femme qui voit en réalité une autre partie d’elle-même, qui est morte, et dans laquelle elle plonge la main pour en ressortir une épée, symbole de souveraineté et de pouvoir regagnés. Les paroles jouent sur un caractère simple, mais proposent des jeux de mots ou des images intéressants. Elles dénoncent notamment une réification de la femme (faire d’elle un objet) par l’homme, donc s’adresse plutôt à certains clichés anti-féministes, comme celui de l’homme puissant qui a besoin d’une belle femme-objet pour asseoir et faire rayonner sa puissance, ou celui de la réduction de la femme à l’amour (faire l’amour), et de l’homme à celui qui fait la guerre. Je ne connaissais pas du tout Mylène Farmer, c’est une surprise de tomber sur ce texte.

Valiel.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑