Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Art de la prophétie

Morrigan et la guerre, littéralement

Un bon article de rappel sur Morrigan en tant que Déesse de la guerre. (Source: Patheos, Morgan Daimler)

Cela ne nous plaît pas toujours aujourd’hui de la voir dans cet aspect « sanglant », mais cela n’est pas une raison pour le nier et « déformer » la signification de la Déesse. L’auteur rappelle d’abord les sources antiques que nous avons (ex: Strabo) qui explique que les Celtes étaient des guerriers accomplis qui « aimaient » la guerre, que Morrigan est connue pour inciter / encourager les guerriers au combat (ex: dans le  Cath Maige Tuired, elle encourage notamment Lugh ; mais aussi dans le Tain), et pour terroriser les ennemis. Dans « son » « aspect » Badb, elle incarne littéralement le carnage (Cath Maige Tuired Cunga), le sang, la charogne qui vient grignoter les cadavres.

Puis, il explique que certains caractéristiques peuvent rattacher Morrigan à la paix, mais pas celle que l’on pense au premier abord (pas le pacifisme). Premièrement, c’est plutôt dans son aspect prophétique, quand elle est représentée comme celle qui peut dire quel camp va gagner. Deuxièmement, la paix entre en compte quand on la définit comme « liberté » : être libre de la peur, de la violence, de l’oppression. Or justement, la « paix » paradoxalement demande parfois qu’on se batte. A priori, quand Morrigan défend un camp, incite à la guerre, il s’agit de libérer un peuple de l’oppression, de regagner cette « paix »-là. La paix n’est pas gratuite, elle demande un coût.

L’auteur conclut en expliquant que selon lui nous affaiblissons les Dieux si nous les modelons selon nos désirs (pour les adoucir ou autre).

Publicités

L’Art prophétique I

Il m’est venu à l’idée de rassembler ici quelques textes d’inspiration prophétique et apocalyptique pour faire échos aux prophéties de Morrigan… Les textes sont légions, en voici un premier :

TURNING and turning in the widening gyre
The falcon cannot hear the falconer;
Things fall apart; the centre cannot hold;
Mere anarchy is loosed upon the world,
The blood-dimmed tide is loosed, and everywhere
The ceremony of innocence is drowned;
The best lack all conviction, while the worst
Are full of passionate intensity.

Surely some revelation is at hand;
Surely the Second Coming is at hand.
The Second Coming! Hardly are those words out
When a vast image out of Spiritus Mundi
Troubles my sight: somewhere in sands of the desert
A shape with lion body and the head of a man,
A gaze blank and pitiless as the sun,
Is moving its slow thighs, while all about it
Reel shadows of the indignant desert birds.
The darkness drops again; but now I know
That twenty centuries of stony sleep
Were vexed to nightmare by a rocking cradle,
And what rough beast, its hour come round at last,
Slouches towards Bethlehem to be born?

« The Second Coming » by William Butler Yeats


La prophétie

J’ouvre ce sujet et j’espère l’étoffer avec le temps.

Plus encore que le shapeshifting, la magie que l’on reconnaît immédiatement à Morrigan est le don de prophétie (divination). Dans les mythes on retrouve plus fréquemment certains aspects, mais je pense que ça reste une pratique ouverte, diversifiée.

– Cela passe par des intervenants extérieurs : elle place dans des êtres vivants, des hommes ou des animaux, des paroles prophétiques

– Je n’y avais jamais prêté attention, mais je l’ai lu et cela m’apparaît juste : Elle procède également par le rêve. Le sien, ou plutôt par un rêve qu’Elle va provoquer chez quelqu’un.

– De façon plus générale, il s’agit souvent d’une parole prophétique : les annonces qu’Elle fait, les prévisions d’événements, revêtent très fréquemment une allure prophétique et s’avèrent être vraies plus tard. C’est lié à ce que j’ai appelé personnellement la Vue, avec une majuscule, pour singulariser un concept. Avec ses « yeux », ou son 3e oeil, Elle voit les choses, tout simplement, et donc Elle en parle, Elle annonce.

A compléter.