L’art magique des mots

J’ouvre ce sujet et j’espère l’étoffer avec le temps.

Pas facile à définir cet aspect, car il recouvre des choses différentes. Je ne l’avais pas perçu avec clarté, mais le livre de Sorita d’Este m’a permis de mettre au clair. Morrigan est une magicienne et une sorcière, et son art passe par les mots, et qui recouvre bien des disciplines :

– La puissance « profane » des mots : la manipulation. Je crois les mythes soulignent même cet aspect si j’ai bien compris. Sans y donner une puissance magique, Elle est capable de manipuler quelqu’un, de le faire répondre à ses demandes, grâce à son art des mots.

Poésie et énigme : je devrai aussi chercher des exemples dans les mythes, mais apparemment Elle possède l’art d’utiliser des vers et de créer des énigmes pour confondre ses interlocuteurs. (et cela lui sert d’ailleurs pour ce qui suit)

– Maintenant il y a aussi l’art de l’incantation : Elle semble être la Reine des formules magiques, qui permettent de posséder quelqu’un, et parfois de les maudire.

=> Chercher des précisions sur l’art du « geis », un art celte/druidique (?) des paroles incantatoires magiques qui enchantait les gens, les maudissait. Étymologiquement cela signifie « interdiction », « tabou », … Cela poursuit la personne sans relâche à moins d’être brisé. Sorita semble affirmer d’ailleurs que cela ne pouvait être lancé que par des femmes (d’où mon point d’interrogation plus haut concernant les druides).

Nota : le don de prophétie est aussi relié à cet art des mots puisqu’Elle « profère » (j’avais utilisé l’expression « parole prophétique »)

A compléter.

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑