Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Médias

Un oracle de la Morrigan !

Je débarque à peine. Morpheus Ravenna a réalisé un livre pour enfant sur les mythes de la Morrigan cet automne, et je viens de découvrir qu’avec une de ces connaissances elles en ont extrait des images pour construire un oracle de 62 cartes ! Malheureusement je suis tout juste tombé dessus, et je ne l’ai pas moi-même, donc je ne peux en rien attester du fonctionnement du jeu, ni du livret etc.

Voici le lien : https://www.drivethrucards.com/product/269837

Et des illustrations officielles tirées du site de vente :

Publicités

Lauren Daigle, « Rescue »

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas fait cette expérience bouleversante… Un grain de voix que je ne connais pas mais qui semble racler le fond de mon estomac, foudroyer mes intestins. Quelques mots que j’entends, reconnais, et qui transpercent mon cœur, agité soudain de soubresauts incompressibles. Je ne suis pas sûre que cette chanson ait quelque chose d’original ou de particulier, mais son émotion s’est alignée avec mon corps et a fait déborder le vase. Peut-être que parmi vous, anonymes qui lisez ce blog, qui connaissez ou non la Déesse Morrigan, peut-être que vous aurez également besoin d’entendre ces mots. Juste au cas où, juste pour que vous sachiez que vous n’êtes pas seuls, je dépose ici cette chanson pour d’autres que pour moi.

[Verse 1]
You are not hidden
There’s never been a moment
You were forgotten
You are not hopeless
Though you have been broken
Your innocence stolen

[Pre-Chorus 1]
I hear you whisper underneath your breath
I hear your SOS, your SOS

[Chorus 1]
I will send out an army to find You
In the middle of the darkest night
It’s true, I will rescue you

[Verse 2]
There is no distance
That cannot be covered
Over and over
You’re not defenseless
I’ll be your shelter
I’ll be your armor

[Pre-Chorus 1]
I hear you whisper underneath Your breath
I hear your SOS, your SOS

[Chorus 2]
I will send out an army to find You
In the middle of the darkest night
It’s true, I will rescue you
I will never stop marching to reach you
In the middle of the hardest fight
It’s true, I will rescue you

[Bridge]
I hear the whisper underneath Your breath
I hear you whisper, you have nothing left

[Chorus 2]
I will send out an army to find You
In the middle of the darkest night
It’s true, I will rescue you
I will never stop marching to reach you
In the middle of the hardest fight
It’s true, I will rescue you

[Outro]
Oh, I will rescue you


Un tarot thématique sur le corbeau

Je ne connais pas du tout l’artiste, je viens à peine de découvrir l’information, donc je n’ai aucune recommandation à faire, ou aucune mise en garde. Mais je partage pour celles et ceux que cela pourrait intéresser. Un projet de tarot (américain) entièrement centré sur la figure du corbeau. Un projet qui n’a plus que 2/3 jours pour clôturer, proche du but mais pas encore. Cela pourrait intéresser certains ici :

 

https://www.indiegogo.com/projects/fly-through-the-veil-with-the-crow-tarot

EDIT : après un balayage rapide de la page, et pour les personnes pas très à l’aise avec l’anglais, ce passage important : « The deck is scheduled to be released by U.S. Games Systems later this year – but you can be one of the first to get your copy as soon as it is released by supporting my Crow Tarot Journal project and because the decks will be shipped to be for distribution – I will sign each box and add a little hand-written note of thanks!  » ==> Le jeu sera publié avec US Games plus tard (automne 2018?), mais acheter le jeu maintenant c’est soutenir l’artiste, avoir une copie en avance et signée, et un petit mot manuscrit.

On dirait que l’auteur a fait énormément d’ajouts aux récompenses, vraiment, la page est à lire, un site web est disponible, elle présente un journal de travail (workbook) qui accompagnera le tarot et le livret… Il y a de la matière pour réfléchir. Il y a un site web, un facebook….


Un peu surprenant, Mylène Farmer « Fuck Them All »

Un partage de Vincent Smile: « Vulgaire & franche mais pour moi bien Morrigan. »

« Fuck Them All »

La nature est changeante
L’on respire comme ils mentent
De façon ravageuse
La nature est tueuse
Au temps des «Favorites»
Autant de réussites
Pour l’homme qui derrière a…
Une «Belle» qui s’affaire… à
Faire… de leur vie un empire
Blood and tears!
Faire l’amour à Marie
Blood and tears!
Et « Marie » est martyre
Blood and tears
Sur le mur: nos soupirs!
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Nos vies à l’envers
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Saigner: notre enfer!
Fuck Them All!
Faites l’amour
Nous la guerre
Nos vies à l’envers
Blood And Soul
Faites-le nous!
Dans le texte
Le sang c’est le sexe
De nature innocente
L’on manie élégance
Et d’une main experte
D’un glaive l’on transperce
Les discours trop prolixes
Que de la rhétorique
Lâchetés familières
Qui nous rendent guerrières
Faire… de leur vie un empire
Blood and tears!
Faire l’amour à Marie
Blood and tears!
Et « Marie » est martyre
Blood and tears
Sur le mur: nos soupirs!
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch! (they said)
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch! (they said)
Hey Bitch, you’re not on the list
What’s your name again?
Hey Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch!
Hey Bitch, you’re not on the list
Hey Bitch, you’re not on the list
You Bitch, you’re not on the list
You Witch! You suck, you bitch!

 

********************

Quelques mots pour introduire cette chanson et ce clip; on pourrait longuement disserter sur la question, mais je n’ai pas le temps. Le clip présente des corbeaux qui rôdent, une femme rousse aux cheveux longs en manteau noir, une femme rousse aux cheveux coupés enfermée dans une cage ; je ne peux me débarrasser de cette impression métaphorique de chasse aux sorcières. Mais il y a aussi la question du double, cette femme qui voit en réalité une autre partie d’elle-même, qui est morte, et dans laquelle elle plonge la main pour en ressortir une épée, symbole de souveraineté et de pouvoir regagnés. Les paroles jouent sur un caractère simple, mais proposent des jeux de mots ou des images intéressants. Elles dénoncent notamment une réification de la femme (faire d’elle un objet) par l’homme, donc s’adresse plutôt à certains clichés anti-féministes, comme celui de l’homme puissant qui a besoin d’une belle femme-objet pour asseoir et faire rayonner sa puissance, ou celui de la réduction de la femme à l’amour (faire l’amour), et de l’homme à celui qui fait la guerre. Je ne connaissais pas du tout Mylène Farmer, c’est une surprise de tomber sur ce texte.

Valiel.


Morrigan d’Adrian von Ziegler

Morrigan composition d’Adrian von Ziegler


Critique de l’image des femmes dans les dessins animés

Voici un article intitulé « Pour la défense des personnages féminins diabolisés » (dans la culture visuelle) découvert au hasard de Facebook grâce aux intérêts divers de mes contacts. On y retrouve un problème vieux comme le monde : celui de la représentation des femmes dans les histoires modernes, de cette perpétuation d’un schéma hérité des anciennes peurs patriarcales. Les femmes qui ont du pouvoir seront nécessairement des femmes viles, méchantes etc. Les exemples pullulent : les femmes qui deviennent reines deviennent de viles marâtres (cf: la belle-mère de Blanche Neige), et toutes les images de femmes sorcières aux pouvoirs très importants (cf: Ursula, Maléfique, …). L’article mériterait d’être lu en entier, je fais allusion à différentes idées pour les gens qui ne parlent pas l’anglais. Je me permets ici de n’extraire qu’une citation qui résume le problème :

‘We’re sold on the female protagonists, and I do mean sold. We admire their spunk and their tenacity, because it’s accessible—it’s rebellion in the form of wanting. It’s gazing at the stars at night after spending all day scrubbing the floors, and believing that wishing will be enough. But once they graduate to getting what they want? Once they’ve made real sacrifices in pursuit of their dreams? Once they’ve made it, or even once they’re almost there?

‘That’s when they become dangerous. That’s when they become the villainess. Somewhere in there, they stop caring about what other people think, and they get what they want, and they turn into cautionary tales: something bad is waiting for the woman who goes that way. We believe it. We repeat it. We look at women who are running things and we’re suspicious, because we’ve spent our whole lives looking at women with ambition and knowing that they can’t possibly be allowed to grasp whatever it is they’re reaching for.’

Traduction proposée : « On nous a vendu les personnages féminins, et j’insiste, vendu. Nous admirons leur cran et leur ténacité parce que c’est accessible – c’est une rébellion nourrie par le désir. C’est le fait d’admirer les étoiles dans le ciel de nuit après avoir passé toute la journée à récurer les sols, et croire que souhaiter sera suffisant. Mais qu’en est-il une fois qu’elles ont réussi à obtenir ce qu’elles voulaient ? Une fois qu’elles ont fait de réels sacrifices pour poursuivre leurs rêves ? Une fois qu’elles y sont parvenues, ou même lorsqu’elles y sont presque ?

C’est là qu’elles deviennent dangereuses. C’est là qu’elles deviennent des « méchantes » (cf: les gentils versus les méchants). Quelque part au fil de la route, elles cessent de prêter attention à ce que les autres pensent, et elles obtiennent ce qu’elles veulent, et elles se transforment alors en des contes d’avertissement : des ennuis attendent la femme qui emprunte ce chemin. On le croit. On le répète. Nous regardons les femmes qui sont au pouvoir et nous sommes méfiants, parce que nous avons passé notre vie entière à regarder les femmes qui ont de l’ambition tout en sachant qu’elles ne peuvent tout simplement pas être autorisées à obtenir ce qu’elles cherchent à atteindre. »

****

Alors oui. Les femmes fortes incarnent la transgression des frontières, des codes sociétaux, et sont tout de suite vues comme une menace, donc diabolisée. Et l’analyse visuelle a beaucoup de matière à se mettre sous la dent ! Regardez tous les codes graphiques ! A quoi ressemblent-elles ces méchantes ? Elles sont très maquillées, parfois les sourcils redessinées (même si vous ne parlez pas l’anglais, regardez les photos de l’article) ; elles ont des mimiques faciales osées, pleines de confiance, un port de tête altier souvent tourné en mépris (caractère hautain) par la perspective masculine ; elles ont aussi de l’argent (les manteaux de fourrure de Cruella d’enfer) ; elles vont être perçues comme agressives… Alors que non, on vous dicte de ressembler aux princesses, propres, blanches (souvent), pures, qui ressemblent à des poupées (Blanche-Neige pour ne citer qu’elle, Belle n’est pas mieux, Aurore), d’attendre le prince charmant qui viendra vous sauver, que le bonheur ne viendra que de lui (quid de l’ascension de Cendrillon, qui était une ménagère esclave, et qui est sauvée par le statut de noble de son prince?). C’est très étonnant d’ailleurs, car souvent les méchantes sont « affublées » d’un look très osé, modernes, en passant des bijoux au maquillage, puis aux coupes de cheveux (cf: Ursula!), tandis que les princesses doivent avoir des coiffures bien polissées (repensez aux façons tellement classiques d’attacher les cheveux de Cendrillon). Je pense que vous voyez le panorama. Je m’arrêterais donc là pour le résumé.

Enregistrer

Enregistrer