Je ne suis pas son prêtre

C’est drôle qu’au moment où je me réinterroge sur cette notion, et que je voulais écrire un article avec exactement le même titre, je découvre celui-ci. Un article en anglais, pas trop compliqué, et pas trop long, d’un homme qui évoque quelques définitions de la prêtrise et explique pourquoi il n’est pas un prêtre de Morrigan, malgré tout le travail qu’il a fait pour Elle.

=> C’est par ici. 

Publicités

Témoignage

J’ai extrait cette magnifique citation d’un article que j’invite à aller lire plutôt que de le recopier ici. Le témoignage personnel d’une vie, d’une pratique avec Morrigan, comment cette personne la perçoit.

« She picks you up, throws you down into the deep, and lights your spirit on fire to watch you rise. The good ones always rise. That little divine spark in you that’s in each of us is shaped to her image (or perhaps was always in her image) and that’s the end of that. She’s in your blood, your dreams, your rituals, your magic, your breath, and your future. She is the intoxicating fullness of life on earth that sharpens the blade of human capability. »

Cette phrase est également très percutante :

« constant cleansing and culling of that which is weakened which she takes and makes anew. Simply put, I am weak so I am hers. »

Les théories sur l’Appel de la Morrigan

Il me semble que nous avions parlé de cette idée à la création du sanctuaire, sur facebook et sur les forums, peut-être aussi sur le nôtre.

L’Appel, notion ambiguë, qu’on pourrait synthétiser de plusieurs façons. La sensation que nous sommes nombreux et que nous nous reconnaissons. J’ai cru découvrir et comprendre récemment que si la Morrigan est finalement une déesse solitaire, elle est très impliquée dans la création de liens communautaires. Elle rassemble, elle insiste sur le groupe. C’est ce qu’elle m’avait demandé de faire d’ailleurs, et j’ai retrouvé un schéma similaire outre-atlantique, beaucoup plus fort d’ailleurs. Beaucoup de gens se sentent touchés par la Morrigan (bien que pour des raisons toutes différentes selon moi). Sommes-nous plus nombreux que pour d’autres divinités ? Ou est-elle plus insistante que les autres ? « Recrute »-t-elle ?

Je pense qu’il est facile de voir un schéma, mais peut-être que c’est plutôt lié à la façon dont elle fonctionne ? A sa personnalité « forte », et finalement à ce qu’on ne soupçonne pas au premier abord, à ce besoin de former une communauté / tribu ?

En tout cas j’ai trouvé un article américain qui parle de ce même processus, je vous invite à aller le lire directement, je vais citer simplement le passage final, qui m’a plus parlé :

« It is not surprising to find a battle goddess in the middle of the greatest social, political, and economic conflict of our time. My belief – my hope – is that Morrigan is preparing a group of priestesses and priests to support a movement of new ways of living and being, ways that recognize Western materialistic culture is not satisfying the people living in it and is killing other people and other creatures. These new ways will recognize the Earth as sacred and seek to live in harmony with it, not to dominate it.

We need priestesses and priests who can scream “enough!” and who can protect and promote and nurture new ideas and new ways of living and being until they reach critical mass.

I hope and pray I’m right and Morrigan is calling priestesses and priests to serve a new and growing Community of the Earth. »

 

Le trouble des Déesses patronnes identiques

Je me rappelle avoir répondu à plusieurs personnes sur des forums différents à des questions sur ce sujet. Il n’est pas rare que des personnes soient troublées, voire très troublées, d’avoir la même Déesse patronne que d’autres. La rapport peut être si spécial, si intense, que les païens n’imaginent pas que la Déesse puisse parler à d’autres…. et quand on s’ouvre sur le sujet, ça mène souvent à de grosses surprises. Je pense que c’est dû à plusieurs raisons, que j’expose ici, comme je l’avais promis il y a probablement déjà un mois (ou deux?).

– L’isolement : dans le rapport aux Dieux, même si beaucoup vivent par procuration, on apprend globalement seul, on n’expérimente seul, sans références extérieures. C’est une force, mais cela provoque aussi des surprises quand on explore sur le net justement : d’autres décrivent, semble-t-il, les mêmes choses que nous, avec la même divinité, les mêmes ressentis etc…. On peut être parfois ravi, et mais au départ souvent on manque de distance et réagir de façon étrange : la solitude peut nourrir quelques illusions. =>

– Il y a en effet des confusions sur l’idée de déesse patronne. Je pense que dans les faits, au fond de soi on est toujours conscient de la réalité, mais en surface on se fourvoie. Le Dieu patron, comme tous les Dieux d’ailleurs, ne s’occupera jamais uniquement d’une personne, de vous. Et il peut également nourrir des relations très spéciales avec tout un chacun. L’isolement renforce souvent ce point trouble, et crée une fort sentiment de possessivité. [Mon expérience est différent personnellement : je n’ai jamais considérée Morrigan comme une déesse patronne, seulement un Guide, un Dieu qui voulait lier des liens particuliers avec moi. J’ai répondu à son appel, je ne me suis pas posée de question, et je n’ai pas voulu mettre un mot. Je considère que tous les Dieux peuvent faire de même, et que ça pourrait m’arriver demain.]

– Le manque de confiance en soi. Tellement laissé de côté, mais je pense que c’est un des critères les plus importants ! Et pourtant c’est probablement aussi un des réflexes n°1. Ça se mélange avec la possessivité :  la personne se sent plus forte d’être intimement liée à un Dieu, ou de s’y être dédié. Mais lorsqu’elle se heurte à l’altérité, un autre qui est dans un cas similaire, elle se sent… trahie, dépossédée. Elle se pensait différente et se retrouve alors banale. En réalité elle n’a pas confiance en elle et n’est donc pas capable de voir nos singularités propres.

Quelques petites précisons (rappels) importantes :

– La relation de chaque Dieu à chaque croyant est unique, car les Dieux sont trop complexes, et nous sommes multiples, tous uniques. Donc même si plusieurs personnes ont la même divinité patronne, cela reste des relations différentes et uniques pour chacun.

– De même pour les « prêtresses » et « apprenties prêtresses » : elles sont toutes uniques dans leur personnalité comme dans l’exercice de leur foi. Même si deux prêtresses qui se spécialisent sur une seule Déesse choisissent la même, elles auront des rapports différents à cette Déesse, et elles auront une « médecine » (des centres de pratique) différentes, sans parler de leur façon de procéder.

Voilà mes pistes de réflexions.

L’apogée de Morrigan ?

Je ne compte plus sur le net les forums, le nombre de personnes qui sont venues parler de leur attirance forte et inexpliquée envers Morrigan. Beaucoup ne comprennent pas très bien, la majorité surtout s’étonne et craint assez cette figure intimidante. Quand on regarde autour de soi on est doublement surpris de voir que cette expérience est partagée par beaucoup de femmes. J’en avais discuté il y a déjà plusieurs mois avec Morrigan Darkmoon, car nous étions déjà pas mal à faire ce choix, et je connais également une païenne qui s’est retrouvée sommée par Morrigan de lui ériger un Temple réel dans une forêt. Avec le temps j’en suis venue moi-même à répondre à son appel et à la suivre, et j’ai vu d’autres personnes faire de même discrètement. Cette année, avec l’avènement de la période sombre, il semble qu’Elle soit plus que jamais présente ! Et beaucoup s’interrogent, pourquoi ? Malheureusement je ne sais pas si on peut espérer trouver une réponse.

Mais il est clair que c’est un constat curieux, et j’ai entamé mes proches recherches sur la question, suite à mon travail avec les Dieux Celtes. Les Dieux ont a priori des personnalités bien distinctes et très différentes, plus ou moins discrètes ou fortes. Morrigan est une Déesse « extrême » : de sang et de tempérament royale, vindicative, exigeante et intransigeante comme déjà étudié ici…. Elle réclame, Elle se manifeste très clairement. Et les messages qu’Elle m’a envoyé sont clairs : Elle souhaite renaître de façon concrète. C’est à dire ? Elle souhaite être connue du plus grand nombre, publique donc, et Elle souhaite qu’on l’honore, qu’on lui rende un culte. Ce lieu virtuel est le culte qu’Elle m’a réclamée, d’autres se verront demander un Temple physique, ou que sais-je. Quoiqu’il en soit, je crois qu’Elle ne manque pas une occasion de se faire remarquer aux gens qui sont ouverts et sensibles à son énergie (peut-être aussi aux gens qu’Elle peut aider). D’autres Dieux par contre, seront bien plus discrets et distants, et ils attendront donc qu’on vienne les chercher. Ca paraît étrange dit comme cela, mais c’est ce que m’a révélé Belenos lors d’un oracle. Il m’était reconnaissant d’avoir été le cherché, de l’avoir appelé et prié, ce qui a contribué à son réveil. Et c’est là une démarche complètement différente de celle de Morrigan. C’est actuellement la seule piste que j’ai à ce sujet. En plus du faible qu’autour de Samhain, les gens sont plus sensibles au mystère et à leur propre Ombre, ce qui reste les caractéristiques principales de Morrigan.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑