Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Le Cheminement de Valiel

Legend Arthurian Tarot, la chevalerie et la souveraineté

Une présentation très rapide plus pour illustrer ce dont je parlais en début de mois, les reviews de tous mes jeux ont lieu sur mon blog principal.

C’est un tarot « tout simple », un peu ancien, qui ne se veut ni sophistiqué dans l’image et le contenu, d’une qualité standard etc. Mais j’y suis revenue en voulant explorer des tarots plus proprement celtique, pas juste ceux qui exploitent l’imagerie mais qui n’ont pas le fond ; en trouver un qui vraiment prend racine dans les mythes. Et celui-ci bien qu’ils soient plus arthurien me tentait vraiment. J’avais envie de voir ce que ces archétypes peuvent proposer à l’utilisation comme réponse, dans quel travail ils peuvent s’intégrer etc. J’ai vite eu ma réponse lol ! Même si ça n’est qu’une toute première piste d’exploration.

Auteur : Anna-Marie Ferguson
Voici des illustrations d’Aeclectic, mais si vous voulez admirer le jeu entier, Cerry avait fourni un album complet ici.

Quelques mots clés pour illustrer le croisement chevalerie / guerre / souveraineté :

  • Epée et bouclier
  • Coupe
  • Ethique et justesse / justice
  • Rois et chevaliers
  • Mariages justes
  • Système de quête / récompense (ou punition)

A la recherche de la Souveraineté

Je n’en finis jamais de ce thème.

Ce n’est pas faute d’avoir tenté d’explorer la guerre, la magie, l’enchanteresse du Sidh… J’ai eu plein de pistes intéressantes, j’aime cette recherche perpétuelle. Mais je suis toujours ramenée à ce chemin là. Alors rien ne sert de lutter, depuis Septembre 2013, je n’ai pas arrêté ce travail qui rempli tout mon horizon. Malheureusement, je n’arrive toujours plus à vous parler de moi et de mes pratiques personnelles. Ce qui se passe me regarde, c’est mon cocon, mon travail, et je n’arrive vraiment pas à mettre les mots dessus, même quand je crève d’envie de partager des choses avec vous. Je suis venue du coup pour vous livrer des éléments un peu plus « factuels », des images, des thèmes, quelques mots, pour nourrir ce sanctuaire, partager avec les personnes qui sont dans la suite de Morrigan comme moi.

Voici les « thèmes » qui m’habitent donc en ce moment :

Les symboles associés à Morrigan et au combat : l’épée et le bouclier surtout, le torque en parallèle. Des rêves étrangement symboliques, des fragments de vision pour un futur recueil. Qu’est-ce que porter une épée à son flanc ? Quand l’utiliser ? Et le bouclier ? Quand partir au combat ? Est-ce qu’une épée ne sert qu’à combattre ? Que peut-elle représenter d’autre ? Aujourd’hui dans une pratique moderne, quelle pourrait être l’utilité d’une épée ? A noter : en dehors d’une pratique wiccane, puisque je ne le suis pas. Donc pas nécessairement en rituel, rien à avoir avec un athamé, etc. Elle me montre qu’il serait bon que j’en vienne à les utiliser, et jusqu’au mois de janvier 2014, il est vrai que je n’avais jamais creusé la question, et j’ai eu besoin de le faire pour voir si cela m’était possible. Plus j’avance sur le chemin et plus il est vrai que je commence à ressentir le besoin de les avoir. Qu’ils me seront réellement utiles… Une grande nouveauté, car jusqu’ici ma pratique avec Morrigan était purement dévotionnelle et dématérialisée, comme très souvent dans ma pratique. Je peux offrir beaucoup de choses, mettre des symboles, des autels… mais dans la pratique elle-même, pas d’outils. Voilà un gros point de changement pour moi, c’est prometteur. Une note intéressante aussi : si j’ai pu intégrer le bouclier et l’épée… le torque me fait encore peur, au sens propre, même si ça reste « raisonnable ». Il devrait représenter ma souveraineté, pas nécessairement la royauté, mais je n’arrive toujours pas à l’approcher… 

Les mythes. J’avais jusqu’ici voulu travailler avec la Déesse et rien qu’avec la déesse, sans filet de tradition, comme toujours dans ma pratique (c’était pareil au Nord avec mon autre panthéon majeur). Je suis dans l’expérience et pas dans la théologie, du coup je n’étais pas allée lire les sources primaires. Pour la première fois depuis très longtemps, en février dernier j’ai commencé à prendre goût aux mythes (et parallèlement a commencé mon exploration des Eddas, j’étais mure). J’en ai lu quelques uns en ligne, j’aimerais vraiment acquérir une version papier pour que ça soit plus facile, mais quoiqu’il en soit je vais enfin venir aux sources de la mythologie, non racontée par quelqu’un non plus, mais bien les textes premiers.

La symbolique / mythologie arthurienne. Alors celle-ci je ne l’avais pas vue venir, mais elle m’est tombée dessus très violemment lol ! Ce n’est pas à prendre au sens littéral, c’est un réel outil de réflexion et de pratique sans fond. Le travail sur le guerrier et la souveraineté m’a mené sur le chemin de la chevalerie, aidé par mes méditations sur l’épée. C’est venu d’un coup. J’y retrouve les couronnes, les épées, les boucliers, et les coupes… Pas grand chose à dire encore. Mais ce qui est chouette, c’est qu’au même moment un autre outil a débarqué sur ma route, je l’ai saisi au vol ! Un article à venir à la fin du mois sur cet outil. EDIT : Voici le lien.

Des méditations sur la Terre et la Souveraineté. Pas seulement l’idée de la femme qui fait le roi, mais de la Souveraineté comme figure à mi chemin entre une divinité et un esprit, une émanation du la Terre (Land)… Des travaux énergétiques sur certains sols, des recoupements avec un travail plus chamanique avec les Esprits. Que peut représenter un mariage du roi et de la reine, ou du roi et de la souveraineté, ou des mariés à la Terre elle-même ? J’ai un petit fragment de méditation sur ce sujet aussi, tracé depuis l’étude des mythes citée plus haut, mais le plus intéressant est que j’ai pu vérifier ça dans la pratique, avec des personnes de chair et d’os. Un article avec une petite « méditation » (réflexion) à venir dans quelques jours, j’essaie de lui trouver une intro… Mais pour l’instant je n’ai que le paragraphe brut. J’aimerais bien aussi approcher les aspects du mariage, mais je devrais voir si c’est trop personnel ou pas pour les personnes concernées. EDIT : Voici le lien.

Je rajouterai les liens à cet article au fur et à mesure. 

 

 


Meeting the Lady of the Ford

Hail Lady of the Ford,
I salute you !

O Lady of the Ford,
Please let me come closer
Let me gaze into your pool

The road was long and
I thought I had lost myself

O Washer at the Ford,
Can I step foot on your shore ?
Can I step into the red water ? 

I see the Shadows on the edges
I feel the power of the pond

O Washer of the Ford
Is it safe to proceed, 
What needs to die tonight ?

I am caught by the lake’s fate
I am caught by my own curiosity
Pulled forward, unable to resist

I step forward into the red water
And I die

I bleed
I die
And die again

Pieces of myself red and flowing, flowing
All around me

I see the Shadows again now
Aware of my own ghosts
I see the past in the mist that raise above the waters
I see the pain and cries
And they swirl, round and round

They swallow me
As I plunge more and more into the lake
A living sacrifice
For the Lady

And when I emerge, dripping,
I have risen from my dirt
I stand different
New

Hail You that stay at the Ford

******

Un fragment de mon propre travail autour de la symbolique de la Lavandière du Gué. Pour l’ambiance c’est tout à fait cette image. Pour la pratique, une méditation et une douche rituelle adaptée du rite traduit par Siduri (avec du roïbos).


Today I Have Sworn

Un texte pour les moments difficiles, une litanie, un mantra, à répéter, répéter, et répéter encore, pour trouver la force. (Morrigan, La Souveraineté, Macha)

(je cherche l’auteur ! Si vous le connaissez, merci de nous informer par commentaire!)

Today I have sworn.

I have come to the circle of stones and the high seat
I have come and met with the Lady in white and red
I have faced my weaknesses, and I have committed
To learn to live with Honor.

Today I claim to be the Sovereign,
In myself and for myself,
In accordance with the Land
Only I can decide,
Know what is to be
And what is not

I claim to know my Truth
And live it

I will claim my talents and achievements
I will let nobody diminish them
I will claim my path
And each step of the way
My choices
As only I can know.

Each day must be a test
To try out my resolve
And my will
Each day to deserve
The sacred Torc.

V. 16/10/2013


Un nouvel « outil » pour ma pratique…

Progressivement je reprends le fil d’écriture de ce blog, je tente de partager les petites pierres de mon chemin. Je ne rentre pas dans les détails, mais je peux livrer des bribes ou des structures.

Récemment donc, je me suis remise à pratiquer plus régulièrement, autant que mon être peut l’accepter. Des sessions de prière, de méditation, de tirage, du pathwalking, etc. Étant donné que dans ma pratique je fonctionne par rayonnements et vibrations, je trifouille et je cherche des moyens d’agir sur ce plan, pour obtenir les effets voulus. Du coup, je me suis mise en quête de pratiques et « d’objets » qui pourraient m’aider, et c’est à ce moment là que j’ai réalisé que j’avais sous la main une boutique dont je suis sûre, et qui propose un outil qui me convient : une huile sacrée. Je sais qu’elles sont faites de façon minutieuse spirituellement parlant, avec de bons ingrédients, un cocktail étudié, et aussi une démarche professionnelle et respectueuse (produits vegan, naturels etc). J’ai hésité un peu puis je me suis lancée, comme mon travail aurait pu bénéficier de cette passerelle :

(Si vous cliquez sur la photo j’ai mis le lien de la boutique)

Je n’ai aucune originalité dans la pratique. J’ai oint une bougie dédiée, et je l’utilise surtout désormais pour faire « tomber le voile », aider à la connexion. En mettre sur moi avant le pathwalking et les futurs voyages sera aussi une bonne chose. Comme je fonctionne beaucoup désormais avec des déclencheurs (triggers) sensoriels. Je l’ai testée deux fois, deux fois concluantes. Mais je suis encore toute retournée, émue par l’efficacité, et en même temps mon esprit « sceptique » ne me quitte jamais, et me demande de l’essayer encore dans des conditions différentes pour voir si ça marche à chaque fois. XD

En tout cas, je me suis remise en route…


Lune Noire d’octobre

Je vais essayer de reprendre une petite pratique mensuelle plus cadrée, et la Lune Noire s’impose toujours. J’ai remarqué que c’était demain ! Il va falloir improviser…

Si jamais certains d’entre vous souhaite pratiquer au même moment, ou me soumettre une demande de « bénédiction » que je soumettrai à Morrigan demain soir, faites-moi signe.

Je ne pratique plus les oracles pour l’instant, cela demande trop d’énergie par rapport à celle que j’ai ces derniers temps, l’avenir nous dira si je reprendrai… Mais je me suis dit qu’il était probablement le moment de noter que ma pratique « divinatoire » et médiumnique est en partie dédiée à Morrigan, et que vous pouvez vous rediriger votre mon site si vous souhaitez un tirage de Lune Noire ou un tirage plus abouti pour contacter Morrigan ou bien vérifier un message que vous avez reçu, demain soir.


Equinoxe, et un tarot vers l’Autre Monde

Quelques nouvelles…

Cela fait deux mois que je pense à vous. Lecteurs dont je ne connais pas le nom, suiveurs du blog, et connaissances virtuelles que je sais honorer la Déesse Morrigan. Je reprends le chemin, j’erre, j’arpente… J’aimerais en toucher deux mots, j’aimerais partager avec vous moi-même avide que vous plantiez quelques mots de votre propre chemin, et puis pour nourrir ce sanctuaire sacré aussi. Mais je n’y arrive pas. Mes réflexions et mes rencontres avec Morrigan ont monté (ou descendu!) d’un cran au moins encore, et j’expérimente de plus en plus des choses que je suis incapable de mettre en mots. Trop personnelles, trop bouleversantes, et parfois même juste non verbales… des choses que l’on trouve très profond en soi, vers le chakra racine, entre le racine et le sacré, dans le ventre, dans l’instinct animal.

J’aurais voulu vous parler de l’Equinoxe aussi, le plus fort pour moi pour aller à la rencontre de Morrigan, notre date d’anniversaire… j’en frissonne toujours. L’anniversaire de notre première rencontre, toujours aussi bouleversante, un équinoxe d’automne 2009 (disponible ici). Cette année, j’ai eu le droit à mon lot de peurs, j’ai freiné des quatre fers parce que non, je suis encore fatiguée, je ne voulais pas rentrer dans la période sombre… et puis je me suis pris un petit coup de pied aux fesses, j’ai songé à certaines « initiations » de Morrigan, et j’ai décidé de plonger la tête sous l’eau pour la suivre. Apprendre à embrasser ma peur et mes difficultés pleinement quitte à étouffer un peu… un moment à passer puis on s’habitue, on s’abandonne au processus, et tout d’un coup ça coule tout seul. L’Equinoxe, qui résonne toujours un peu « Mabon » dans ma tête même si ça n’est pas historique et pas adapté à mon chemin, oscille pour moi en terme de symbolique entre la traversée du lac dans le noir ou la brume, pour aller à la rencontre de quelque chose, et la plongée dans le chaudron noir de la Déesse (Morrigan). Cette année c’était le deuxième cas, à l’image de mes descentes dans le lac miroir, embrasser cette matière entre deux, visqueuse, noir, qui colle à la peau et aux poumons, pour accepter de me « détruire » symboliquement, de laisser mes vieilles peaux macérer dans cette pâte pour ensuite être consumées, et que j’en ressorte purifiée et neuve… à Samhain idéalement.

L’équinoxe d’automne est mon seuil et mon anniversaire. Et les Dieux savent à quel point je suis définie par les seuils, même si j’ai toujours cherché à me définir autrement parce que ça n’est pas bien confortable. J’ai parlé un peu des mes expérience cette année sur mon blog principal, et l’étape, une fois de plus, a été marquée par une « création » et inauguration. De la même façon que ce sanctuaire a été créée pour Morrigan à Mabon 2010, j’ouvre désormais une nouvelle page de « ma vie » au sens large cette année pour l’équinoxe. J’accepte les signes, je suis les flux même si cela me paraît tôt. Je dis « ma vie » avec des guillemets car l’expression résonne d’une platitude un peu désespérante, mais c’est de cela qu’il s’agit. Les mots sont connectés mais ils restent des mots, et ils correspondent à une réalité : je tente de suivre mes besoins, et les « consignes » de mes guides, pour être moi-même chaudron et fusionner toutes les différentes parties de mon être. C’est une étape bien délicate à vivre, alors à exprimer encore plus, mais il s’agit de fondre en un lieu une grande partie de mes « projets » et « domaines » principaux. Naïvement, j’en pensais Morrigan éloignée, et puis je me suis rendue compte que depuis le départ elle était ma Dame des Seuils…. The Phantom Queen, la Reine du Sidh et des passages. Malgré tout ce que je croyais, elle veille au grain, et elle me semble perchée au-dessus du projet comme pour narguer mon aveuglement. Je lance progressivement « Sur le Seuil », un nom simple et pourtant qui veut tout dire, qui me résume, et je réalise à quel point je lui en dois une partie, et que je devrais lui dédier également. Pour l’instant la « boutique » simplement, le site est en cours, l’esthétique sera différente, mais en comprenant son importance j’ai signé la bannière de rouge (merci à la Renarde).

Et puis finalement, après ce détour on en arrive progressivement au titre, qui m’a permis de déclenché mon article. Je vois bien, avec les énergies de « Mabon », que je reviens aux sources. De mon être et de ma relation avec Morrigan. Cette ombre qui me suit, et plutôt liminale que directement reine du royaume des morts. Et le hasard a mis sur ma route un nouveau tarot qui vient de sortir, dont je ne savais rien mais dont MOULT illustrations m’ont parlé de Morrigan. Contrairement à mes habitudes je me suis laissée embarquée et j’ai craqué, pré-commandé le jeu. Et en l’ouvrant je découvre naïvement (car je n’y avais pas prêté attention) qu’il s’agit d’un tarot féérique en réalité, au sens fort. « The Tarot of the Hidden Realm« , le royaume caché étant le royaume des fées. Il rayonne d’une extraordinaire énergie, plutôt entre deux (lumière + ombre) et même sombre, et regorge d’êtres qui inspirent effectivement cet autre lieu. Je crois que j’aurais bien du mal à l’utiliser comme un tarot standard, car il me semble tout à fait évoquer surtout un travail de connexion avec ces êtres…. et j’y vois là des nombreuses possibilités de travailler avec Morrigan et le Sidh. Quelques images pour vous présenter ça :

En voir plus ici et ici. Il faudra que je fasse une sélection et une photos des lames qui me parlent le plus.


Le retour de Morrigan, équinoxe de printemps 2013

Morrigan a endossé se cape de chasseuse pour ce retour des énergies de la terre. Instinctive, primale, elle tourne en rond autour de moi. J’attends qu’elle se rapproche pour savoir ce qu’elle a à dire…. Mais j’avais tout de même décidé de prendre acte de sa présence et de son retour de façon à la fois consciente, verbalisée, et rituelle, quand j’ai proposé sur le forum un petit quelque chose commun, puis un envoi groupé pour l’équinoxe. Mon texte résume bien ce retour des sens :

C’est un réveil des sens.

Où que j’aille,
Je suis assaillie.
Je sens dans l’air un redoux,
Le vent est moins mordant,
L’humidité moins perçante.
Sur ma peau, sur mes poils,
Dans mes narines,
Et mes poumons.
La terre est moins compacte,
Plus aérée ou moins sèche,
Des essences subtiles s’en échappent,
Presque trop subtiles pour mes sens.
Un cœur qui bat,
Ou une bouche qui s’ouvre,
Pour parler.
Dans toutes ces sensations,
Je sens l’appel du corps
Et le pur instinct,
L’animal en moi qui s’agite.
Et dans la terre qui s’éveille,
Qui s’ouvre,
Je sens le retour de la force.
Et le battement des ailes noires
Au-dessus de ma tête
Ne fait que confirmer le retour de cette ombre.
Sortie de la caverne de l’Hiver,
Dans une cape à la couleur renouvelée,
Voici le retour de la Souveraineté.
Hail Morrigan !

Et j’ai alors procédé à un micro rituel…. un encens remis par Naedune, une bougie verte pour le renouveau et pour moi, une bougie rouge pour Morrigan. J’ai alors consacré aussi la médaille confectionnée par Llyriann. Des pensées ainsi pour cette toute petite communauté qui a tissé tout de même des liens. Des pensées pour nourrir ce projet, et pour entendre les suggestions de Morrigan. J’ai sorti aussi une carte du Tarot  arthurien dont le dos représente la souveraineté. Des prières silencieuses, et une communion…

Et une petite séance de communication par le tarot pour vérifier les messages reçus ces dernières semaines.

Il y a du gros travail en route ! Je ne sais pas comment je vais décortiquer tout ça…. et j’ai la sensation que peut-être elle me demande aussi de reprendre les oracles pour le sanctuaire…


Morrigan et Lammas

Voilà que Niniane m’a beaucoup intriguée l’autre jour en postant une photo de blé pour Lammas sur le groupe Facebook de l’Antre. Une démarche anodine s’il en est, mais cela m’était complètement sorti de la tête ! Et puis tout d’un coup je me suis mise à réfléchir… Morrigan et Lammas, qu’est-ce que ça donne ?

Effectivement Morrigan est très « volatile » ces derniers temps. Elle va et elle vient, elle me fait des coucous puis s’efface complètement… Qu’est-ce que Lammas finalement, et quel rapport à Morrigan ? Et bien cette année j’ai passé une étape supplémentaire dans la compréhension de ce festival. Cette année j’ai fait pousser des plantes et des fruits moi-même de la terre. Alors on a eu du temps pourri, bizarre, détraqué, mais y a quand même des charnières. Et là maintenant qu’on est en Août, j’ai l’impression que les plantes sentent que c’est la « fin de la saison »; Mes tomates murissent doucement, mais plus qu’auparavant et j’ai mangé pour la première fois des fruits entretenus et récoltés de mes mains. La lavande aussi va demander bientôt à être récoltée pour être séchée et servir en petits sachets…

Le moment de la récolte prend un autre sens. C’est aussi le moment de voir, de s’interroger : qu’est-ce qui a poussé jusqu’à maturité ? et donc quels soins ont été les plus appropriés ? Si ça n’est pas poussé, mal poussé, quelles en sont les raisons ? qu’est-ce qu’on peut ajuster pour l’année d’après ? Mon rapport à la terre s’intensifie. Je ressens en moi, et si je n’arrive pas à écouter, à ressentir, alors je suis les symptômes. Mais tout d’un coup je réalise aussi : quels sont mes fruits à moi ? Mes fruits personnels ? mes fruits spirituels ? qu’est-ce qui a poussé, qu’est-ce qui est mort ? S’il y a des choses qui sont absentes, est-ce parce qu’elles n’ont pas poussée ou bien parce qu’elles ont peut-être été délaissées, oubliées ?

Finalement j’ai un grand sentiment d’espace. Comme une transition : un espace qui a été choyé et qui apporte aujourd’hui des fruits, mais un espace en voie de renouvellement aussi. Le début d’un déclin pour faire place à autre chose… Plein de pistes intéressantes cette année, de façon imprévue.

Je devrais vraiment prendre sur moi de « pas être dans le mood » et faire quelque chose. J’ai fait une prière à la lune cette nuit, quand j’ai pris le soin d’arroser mes plantes, de voir dans quel état elles étaient, la lune est soudainement sorti d’une énorme couche de nuage, juste en face de moi… et j’ai senti sa force. Alors je lui ai demandé une bénédiction pour la fertilité. Un grand moment, purement simple, mais le genre qu’on ne peut pas remplacé.


Quelles sont vos difficultés ?

Voici une question pour vous, lecteurs et ou lectrices qui passent par ici.

Morrigan recommence à me demander d’intensifier mes services à la communauté, et elle me présente à nouveau l’idée d’une sorte de « formation », de groupe d’apprentissage. Je vais aller retourner fouiner dans mes vieux brouillons, j’ai de nouvelles idées pour la forme, entre autres grâce au livre « Invoking the Morrigan » qui présente une perspective très similaire à la mienne.

Maintenant je me demande ce que vous vous auriez à dire. Pour celles et ceux qui cherchent à cheminer avec Morrigan, quelles sont les difficultés que vous rencontrez ? Quelles sont les choses qui vous manquent, que vous aimeriez trouver, apprendre ?


A la Reine qui voit tout

Petit hymne de la lune noire de ce 27 Septembre.

 

Ton visage est sombre
Ton humeur est noire
Mais depuis l’Ombre
Tu vois de l’autre côté du miroir

Rien ne t’échappe
Rien ne t’éloignes
Tu veilles discrètement sur nous

Tu es la Reine qui voit tout

Valiel


Ode de la Colère

O Morrigan Queen of Wrath

I feel the thrill
I feel the rush
Flowing through my veins

I shake with it
I shudder from it
The roar is growing

O Morrigan Queen of Wrath
Let men know the sacred Fury
Let them suffer your holy retribution

Here comes the cry
The shout, the rage
Fury thundering,
Coming my way

It transfigures
I’m out of human proportions
O Morrigan Queen of Wrath

I am no longer me
I see your face
I sound like your voice
The clamor of Battle

O Morrigan Queen of Wrath
Let men know the sacred Fury
Let them suffer your holy retribution

Fury for Fury is vain and foolish
You are the Goddess of Justice

Valiel


Rituel de guérison pour le Japon

Création personnelle Peut être adaptée de moult façons.

Matériel minimal :
– une bougie rouge/marron pour Morrigan
– bougie vert clair
– une chandelle bleue claire
– encens purificateur
– papier fin et crayon
– musique éventuellement

Description du rituel :

Mon idée était la suivante : utiliser les énergies sombres et guérisseuses de la Lune Noire pour favoriser la »guérison » au sens large du Japon. Ensuite j’ai appelé Morrigan pour assister, et pour un travail plus spécifique auprès des morts.

1/ Si cela vous inspire, mettre en route une musique traditionnelle japonaise pendant le rite.

2/ Ouvrir le cercle et allumer l’encens purificateur et purifier l’espace. Mon choix c’était porté sur un mélange personnel de romarin, sauge et résine de copal.

3/ Allumer la bougie vert clair et faire une déclaration des intentions : le vert est une couleur profonde, multiple, ambigu. Le vert peut symboliser parfaitement la pollution, les déchets, le nucléaire… mais aussi la nature, la terre, l’espoir et la guérison. J’ai donc récité une oraison/prière afin d’évoquer ce fait, et de favoriser la transmutation alchimique de tous ces polluants de la terre en fertilité. J’ai particulièrement axé cette partie vraiment sur la Terre du Japon, l’Océan du Japon, et puis ensuite la propagation au monde entier. J’ai également récité 3 ou 4 fois comme un mantra la prière publiée par Masaru Emoto pour les eaux polluées du Japon : “The water of Fukushima Nuclear Plant, we are sorry to make you suffer. Please forgive us. We thank you, and we love you.” Et pour terminer, j’ai inscrit sur des papiers très fins verts de mots de guérison que j’ai enflammé sur la flamme de la bougie.  J’ai renforcé toutes les prières et les mantras par l’utilisation de hochets magiques.

4/ Ensuite j’ai procédé à l’invocation de Morrigan, en chantant/récitant, par de la musique (hochets). J’ai allumé la bougie qui lui correspondait.

5/ Je me suis alors concentrée sur les gens, les japonais, les morts et les vivants. Allumer la chandelle bleu clair de guérison. J’ai récité la prière que j’avais rendu disponible sur le site et le forum, pour que Morrigan soutienne chacun dans le travail de deuil, de transition vers l’au-delà, et la force aussi pour les vivants de continuer. J’ai pris des petits papiers fins bleus et y ai écrit des mots de guérison à brûler grâce à la chandelle.

6/ J’ai terminé par jouer des hochets et réciter le nom de Morrigan.


Morrigan et Dionysos

Voici une découverte absolument fantastique que j’ai faite la semaine dernière, ou peut-être celle d’avant, c’est une sorte de révélation interne qui m’est brutalement apparue : Dionysos et Morrigan sont des Dieux cousins. Et c’était tellement important qu’il me fallait l’écrire pour moi, car cela touche à mon cheminement le plus intime (la présence de Dionysos depuis cet été, le pourquoi, et sa nature de guide), mais aussi finalement pour enrichir le sanctuaire, pour échanger sur un sujet finalement « inédit » je crois.

Mes quelques amis anglais étant vivement intéressés par ce point, j’ai rédigé mon article dans cette langue (surtout que c’est ma langue de pratique, il s’est présenté ainsi) sur mon blog réservé pour ce public :  sur cette page. Mais dites-moi si vous ne comprenez pas l’anglais, ou pas assez, et je ferais une traduction pour tous ceux-là (de toute façon le temple a vocation d’être en français, donc il me faudra le faire, mais si pour vous c’est peu accessible, j’essaierai de le faire passer dans mes priorités).

UPDATE TRADUCTION

Maintenant je sais ! Après… voyons-voir, 6 ou 7 mois, j’ai désormais perçu un rayon de lumière. Je comprends pourquoi Dionysos m’accompagne ! Et je sais qu’il est là définitivement, c’est simplement que je n’étais pas capable de le voir. Les choses sont soudainement si claires, cela semble vraiment étrange que même deux mois auparavant je n’avais toujours aucune piste ! Si j’essaie de rester synthétique dans ces réflexions submergeantes du moment, voici ce que ça donne :

La raison de la venue de Dionysos

Premièrement, la chose la plus évidente que je ne pouvais voir, est que Dionysos est le Dieu changeant et multiple par excellence (bon, ils le sont tous d’une certaine façon, sauf les Dieux de la constance et de la stabilité, mais il en est vraiment l’incarnation et le principe parfaits). Il est donc le Dieu de l’inattendu : les mots inattendus, les situations, les événements… et les lieux. Il semble posséder cette qualité perturbante d’être constamment là où et ce que l’on n’attend pas justement. Et en effet, je n’attendais absolument pas qu’il vienne vers moi, et ne parlons pas d’une présence et d’une aide durable !

J’avais quelques intuitions sur la seconde raison de sa venue, mais j’étais complètement incapable de la formuler dans mon esprit jusqu’à ce que je trouve une piste sur le blog que quelqu’un qui suit également Sannion. J’ai lu un texte de cette personne qui avait été écrit pour l’introduction ou l’appendice du prochain livre de Sannion, et j’y ai trouvé cette idée : Dionysos est un Dieu liminal, et un Dieu de la transition, du passage. Et c’est exactement ça ! Je pensais plutôt rattacher cela à Hermès, mais après réflexion j’ai trouvé cela particulièrement révélateur, illustrant parfaitement ma propre expérience avec Dionysos. Il correspond à des états de crises personnels, et à des états intermédiaires, d’entre-deux. Si vous sortez de votre chemin, il semble que Dionysos sera toujours présent, et vous aidera à passer de cette étape vers la prochaine. Il vous donnera des indices, parfois des révélations très intenses, et il encouragera la transition. En tout cas c’est ce qu’il a fait pour moi, et il continue d’être le long de mon chemin, juste au bord, à me suivre, comme un garde-fou : si je perds pieds, il est là et il me guide avec une justesse impressionnante. Il m’a aidé à traiter plusieurs de mes crises les plus intenses du moment : les charges spirituelles, les morts, la transe et le chamanisme, la musique… et je pense même qu’il est aussi là du côté de ma vie personnelle, du développement du Moi, de la personnalité, du potentiel… être capable d’accepter ce que les autres ne peuvent pas, ne pas m’écraser, guérir mon Moi et ma Voix…

La troisième raison de sa venue, celle qui est la plus incroyable pour moi, est qu’il correspond apparemment exactement à ma « médecine », mes qualités / mon potentiel spirituels les plus personnelles et essentielles (et donc mes « charges » aussi). Cela a à voir avec l’expérience que j’ai vécu avec lui, d’empowerment (je crois que ce concept n’est pas traduit en français). et de ma personnalité, mais aussi des Morts. Je vais développer tout cela juste après, car c’est mon second point, la révélation plus percutante de ces derniers jours :

Dionysos est le cousin de Morrigan, c’est la raison pour laquelle il est venu et qu’il m’a aidée dans mon travail avec elle

C’est si évident maintenant, ils sont tellement similaires ! Pas identiques bien sûr, mais similaires.

Premièrement, le point le plus controversé, qui correspond à mon ressenti très personnel : j’ai fait l’expérience d’un visage de Dionysos qui est exactement comme celui de Morrigan (et qui m’a surpris en comparaison de sa réputation « sauvage ») : il a un tempérament très intense, qui est très calme et posé (et silencieux) en fait, très direct aussi. Il est un Dieu « perçant », qui ne parle pas beaucoup, mais qui dit les choses abruptement et les expose avec une lucidité presque douloureuse, de la même façn que Morrigan (Déesse de prophétie et de vérité). Je n’avais jamais pensé que je puisse avoir une relation si posée avec lui, il était complètement placide et lucide, tout était absolument évident. Il est une sorte de porteur de lumière au milieu de l’obscurité, porteur d’une révélation intense, ce qui correspond exactement à ce qu’est Morrigan. Et pourtant, comme elle, il est très détaché de tout, distant dans la relation (en tout cas avec moi).

Mais examinons les connexions les plus profondes, les ressemblances. Morrigan et Dionysos sont tous les deux à l’écart du reste du Monde et des Dieux pour moi. Ils partagent cette même qualité que possèdent tous les Dieux chthoniens, Dieux du Monde d’en Bas (comme Hel, Hadès, Perséphone etc) : ils ne sont pas comme les autres Dieux ou créatures vivantes, et donc ils ne vivent pas dans les mêmes endroits, ils sont à part. Ils ont des lieux spécifiques comme le(s) monde(s) d’en bas, les endroits liminaux (les seuils). D’une part, étant les Dieux d’en Bas, ils règnent sur la vie et la mort, le principe de la vie même quand il est invisible, et sur les Morts. Cela ne m’avait jamais frappé avant, c’était hors du champ des possibilités dans mon esprit, mais puisque Dionysos s’est présenté à moi comme un Dieu sombre (une énergie sombre et aussi littéralement un visage sombre/noir). Je pense que c’était le masque du Seigneur des Morts (et des pulsions refoulées), et c’est pour ça que je ne l’ai pas reconnu au début, n’ayant pas connaissance de cet aspect – et justement, c’est précisément ce que je dois travailler à la fois pour me cheminement polythéiste et aussi pour mon cheminement chamanique – . D’autre part, si ce sont les Dieux d’en Bas, à l’écart, c’est parce qu’ils incarnent toutes les pulsions qui sont jugées sombre et/ou effrayantes, et en tous cas ce qu’il faut rejeter. Morrigan est plus sur le versant de l’inconscient, de ce qu’on ne voit pas, tandis que Dionysos est plus du côté de ce qui est délibérément rejeté (l’anormal, le marginal etc). Et c’est ce qu’on peut regrouper sous son étiquette de « Dieu de la nature sauvage » (la nature à l’état sauvage, et votre nature intérieure sauvage). Ainsi tous les deux sont mis à part parce qu’ils sont liés à ce que nous ne voulons pas voir et nous occuper (consciemment ou non). Et en plus du cycle de la vie et de la mort et du monde d’en bas, cette qualité leur confère une dimension de mystère très profonde , à la fois dans le sens commun (attrait mystérieux) et le sens littéral (les mystères spirituels, l’initiation). Et justement, en plus de tout ça, ils ont ce même rapport à l’illusion et aux masques. Ce sont tous les deux des Dieux masqués : Morrigan est une Déesse sans visage, avec « trou » à la place du visage, un visage vide et sans trait, et donc un visage qui porte un masque pour le cacher (ou pour cacher son vrai visage) ; Dionysos lui, comme le Dieu au visage sombre, Dieu du sauvage et du mystère. Il m’est vraiment apparu comme un Dieu de l’Obscurité et de la Terre, dans son aspect très matériel, la terre, le sol, la boue. J’ai ainsi tendance à l’appeler le Dieu du trouble, du malaise, exactement comme Morrigan.

******

N’hésitez pas à venir en discuter sur le forum


Création d’un Bréviaire

[Une grosse mise à jour !]

Voilà la nouvelle piste que j’attendais et qui m’a été donnée. Je vais essayer de constituer un bréviaire celte dédié à Morrigan, dans le genre de celui de Caitlin Matthews. Comme depuis 3 ans maintenant j’étudie la Roue de l’Année, mes réflexions ont pris forme et je peux m’en servir pour les coupler à mon étude de Morrigan. Je vais donc rassembler mes notes sur le sujet.

Novembre : Temps de Samhain

* Thèmes de méditation
Commencement et initiation
Dégénérescence, mort et recommencement
Mort et passage
Ancêtres et défunts
Rencontrer son Ombre
Travail avec le Sombre en général

* Rites pour la période
Rites de passage
Rites d’accompagnement vers l’Au-delà
Communication avec les Défunts
Rites d’initiation
Rites pour affronter son Ombre
Descendre dans la caverne et traverser le lac à la rencontre de Morrigan
Descendre dans la caverne et se plonger dans le lac/chaudron

* Prières à rédiger
Trouver la force et l’endurance
Prières pour les Ancêtres et les Défunts

!! Pic de la Lune Gelée !! => Avancée vers Yule

Décembre : vers la lumière de Yule

* Thèmes de méditation
L’introspection
L’évolution/croissance souterraine
Ce qui est caché (savoir, l’Ombre…)
Chercher en soi la force

* Rites pour la période
Entamer processus de guérison spiritual
Rituel de guérison physique

* Prières à rédiger
Intensité de la dévotion

Janvier: vers la lumière d’Imbolc

* Thèmes de méditation
Tri (tous genres)
Purification (physique & spirituelle)
Évaluer la valeur des engagements
La lucidité et la clarté des idées
L’ordre et l’organisation

* Rites pour la période
Rituel de purification du soi physique et spirituel
Rituel d’engagement/voeux auprès de Morrigan
Rituel de divination pour les projets

* Prières à rédiger
?

Février : entre Imbolc et Ostara

* Thèmes de méditation
Purification par/avec Morrigan
Réflexion sur Morrigan et les éléments
Equilibre Ombre et Lumière

* Rites pour la période
Rituel d’initiation
Rite de passage
(épreuves de Morrigan)

* Prières à rédiger
Soutien dans le travail sur soi
Soutien pour la peur

Mars : le temps d’Ostara

* Thèmes de méditation
La Renaissance du soi
La croissance
L’équilibre Sombre / Lumineux
Le fertilité
La créativité (renaissance etc)

* Rites pour la période
Rituel pour obtenir la stabilité
Rituel d’enrichissement du soi (complet)
Rituel de fertilité (projets, créativité etc)

* Prières à rédiger
Hymne de gratitude
Prière pour la fertilité (physique, esprit, créativité)
Prière pour la croissance du Soi, de la force

Avril : croissance vers Beltane

* Thèmes de méditation
Ouverture vers la Lumière
La développement croissant
Le fertilité forte
La créativité montante

* Rites pour la période
Rituel de fertilité (projets, créativité etc)
Rituel pour l’enfantement
Rituel pour préparer l’accueil de la Guerrière en soi

* Prières à rédiger
Hymne à la Guerrière
Hymne à la Maîtresse des Désirs
Prière pour la fertilité (physique, esprit, créativité, enfantement)
Prière pour acquérir la force

Mai : le temps de Beltane

* Thèmes de méditation
La Lumière
L’été
La développement fort, exponentiel
Le fertilité exacerbée
La créativité pleine

* Rites pour la période
Rituel de fertilité (projets, créativité etc)
Rituel pour l’enfantement, la conception
Rituel pour accueillir la Guerrière en soi
Rituel pour accueillir l’Amante en soi

* Prières à rédiger
Hymne à la Guerrière
Hymne à la Maîtresse des Désirs
Prière pour la fertilité (physique, esprit, créativité, enfantement)
Prière pour acquérir/accueillir la force
….


Autel d’Imbolc 2011

Avec mon rituel de pleine lune et initiation, j’ai refait mon autel à Morrigan.

Désormais n’y figure plus seulement la photo, le masque en cuir, les pots d’offrande et les pierres, mais j’y ai ajouté l’oracle de Dionysos (le petit papier devant la photo), une parure « magique » qui nous lie et représente ma fonction, et mon bracelet de grenat que j’utilise comme perles de prière. Je ne sais plus si j’avais pris le temps aussi d’évoquer la pierre noire en haut à gauche, qui m’évoque une pierre volcanique et qui m’a tout de suite attirée quand je n’ai trouvé. A droite en haut se trouve également un petit bol (raku?) noir/gris que j’ai dédié à Morrigan (dedans se trouve le masque en cuir).

Une petite nouveauté

D’ailleurs, j’en profite pour faire part de ce que m’a soufflé Morrigan. Si jamais parmi vous il y en a qui souhaitent que je fasse en leur nom une offrande particulière, que je trouve une prière, pose une question, n’hésitez-pas. Je suis à votre disposition.


Séance de création

Et voilà ! Après les messages qui me sont parvenus je reprends ma route avec Morrigan…

Et jeudi, j’ai eu l’envie irrésistible de prendre ma plume et mon encre de chine. Je ne savais pas pour quoi, et puis c’est vite venu. Comme traînait sur mon bureau un brouillon avec les paroles de la chanson d’OMNIA, l’idée s’est constituée d’elle-même dans ma tête : je la connais par cœur, mais j’ai ressenti le besoin de l’écrire à l’encre de chine sur un papier pour l’avoir toujours sur moi dans mon sac, avec mes perles de prière. Et du coup j’ai aussi copié celles de Damh le Barde. Et à mesure sur je le faisais l’idée s’est développée : j’en ai fais de petits talismans. Je les ai chargés d’intention en les écrivant, et j’ai placé un symbole à la fin (qui m’a été révélé pour la pleine lune) pour achever la manœuvre. Désormais ils seront toujours sur moi ! Offrande, prière, talisman…

En route !


Lune Froide 2011 – rituel de purification et d’engagement

Je l’ai attendu avec grande impatience… car depuis une semaine au moins j’avais des projets dans la tête.

Cette nouvelle pleine lune, celle d’après Yule, qui ouvre le temps d’Imbolc, est très importante, et comme Morrigan m’a envoyé de multiples messages, il fallait que je fasse quelque chose de particulier. Je suis alors sortie dehors sous la lune (bien couverte), et je me suis installée sous les arbres habituels pour ritualiser. Ma structure de rituel est désormais consacrée, elle est vraiment simple et utilisable dans toutes les situations.

  • Ouverture du cercle et du rituel avec mes hochets autour de l’espace sacré. Cela sert aussi à purifier les ondes et à appeler la Déesse.
  • Invocation du nom de Morrigan 3 fois.
  • Purification du corps avec les hochets, la fumée d’encens (eucalyptus cette fois) et par visualisation (et respirations). L’intention doit être forte.
  • J’ai allumé une bougie (orange sombre) et j’ai procédé à la Méditation : purification par Morrigan dans son antre (méditation du lac noir disent certains). J’étais devant le lac miroir noir, et j’ai tenté d’avancer pour m’y plonger. Cependant ça ne lui plaisait pas, du coup elle m’a fait revenir en arrière. J’ai attendu, et je me suis alors trouvée assise en suspension au-dessus du lac, en lévitation. Et tout d’un la gravité est revenue et je suis tombée violemment dans le lac, j’ai eu la sensation d’être lourde, l’eau m’entravait et me tirait très vite vers le bas, j’ai beau savoir nagé ça ne me servait pas… sans réfléchir alors, j’ai arrêté de bouger et je me suis laissée couler, j’ai coupé ma respiration. Je coulais. Et alors elle m’a tirée de l’eau, elle souriait. C’est ce qu’elle voulait. Elle veut que je lui fasse confiance, que je l’écoute, et que j’arrête de lutter contre ma peur mais que je l’accepte : que je l’absorbe, l’intègre. C’est ce que j’ai fait en acceptant de couler au fond de l’eau, et elle a été satisfaite, donc elle m’a sortie de l’eau. J’ai vu briller très furtivement ce que je croyais être une dague, mais qui devait être plutôt une épée courte. Je ne sais pas pourquoi c’était là, à quoi ça sert, mais je suppose que c’est un signe très fort : symbole du combattant, symbole d’initiation aussi… J’ai cru la sentir sur mon épaule à un moment… je ne sais pas, c’était trop furtif. Quoi qu’il en soit, en sortant de l’eau, je me suis avancée sur le sable noir et je me suis prosternée, très bas, je me suis agenouillée à ses pieds. J’ai senti qu’elle était contente, ça fait du bien…. mais j’étais si reconnaissante… je me suis vue alors me redresser très brusquement et me couper énormément de cheveux pour lui remettre. Elle les a pris, noué par un fil, et les a jeté dans son chaudron. C’est très compliqué d’expliquer ce qu’il s’est passé. C’était à la fois un serment, en engagement, mais aussi une façon de lui livrer ma peur entre les mains comme offrande et sacrifice. Et elle les a jeté symboliquement dans le chaudron de renaissance… Et, chose qui m’a bouleversée car ça n’arrive jamais, elle m’a prise dans ses bras chaleureusement…. Puis la vision s’est brisée.
  • J’ai alors saisi mes cheveux et j’ai pris quelques mèches que j’ai brûlé dans le chaudron qui était devant moi. Et j’ai médité sur ce symbole : intégrer sa peur, la sacrifier/l’offrir. Symbole des peaux mortes pour renaître aussi.
  • Ensuite j’ai terminé par faire le vide… rien n’est venu. J’ai juste eu une irrésistible envie de chanter. Alors j’ai sifflé le début de la chanson d’OMNIA (intro), puis je l’ai chanté.

Et j’ai fermé le cercle. Je suppose que de l’extérieur ça paraît très simple, mais c’était un moment extrêmement, aboutissement de plusieurs semaines, et mois. Grande étape sur le chemin qui mène à elle, cette réflexion sur la peur (comme me l’a indiqué Dionysos d’ailleurs). Et puis reprise des pratiques surtout. Sachant que j’ai reçu aussi un superbe symbole de l’eau suspense au dessus du lac miroir :

 

[EDIT] Ce moment était donc bien une première initiation aux Mystères de Morrigan… Voir une définition trouvée ici :

What is an Ordeal?

According to Northern Tradition shaman Raven Kaldera, an ordeal “uses pain, fear, suffering, and discomfort for the purposes of achieving altered states, coming out of them, creating energy for magical work, cleansing, breaking down internal barriers, and offerings to the Spirits.” It is said that when Odin hung on the tree for nine days, he sacrificed himself to himself. Sometimes an ordeal allows us to do this—to dramatically give something of ourselves or push ourselves beyond our perceived limits in order to spiritually grow, transform, or experience a cathartic release. Alternatively, it might be a gift or offering to a deity, a willing demonstration of our devotion, penitence, or love.

An ordeal by definition is not easy. Even an ordeal that requires no physical exertion may test your emotional, mental, or psychological capacity. In fact, these non-physical ordeals or “mindfucks” if you will can be the most trying to endure. Sometimes humiliation can be harder to face than pain, emotional honesty harder than physical endurance. It might shake the foundations of your identity, your worldview, and your perception of the gods. It may break you—but perhaps you need to be broken and reset, like a bone that has been damaged and healed improperly.


Des voies dérivées

Depuis mon dernier article dans cette catégorie, mes doutes ont été envahissants. J’ai poursuivi mes recherches pourtant, j’ai continué à avancer les articles pour le sanctuaire, mais du côté de la pratique et de la dévotion, j’étais coincée.

Avec la vie quotidienne très présente, beaucoup de travail, des choses à régler, du stress, et un ralentissement du Sanctuaire, je me suis sentie assez coupée. Même quand je le souhaitais, quand je prenais le temps devant mon autel, je ne me sentais pas reliée, et je ne sentais plus Morrigan. Pendant un moment, j’ai eu peur qu’elle m’ait laissé tomber, peur de l’avoir déçue. Et puis je me suis dit que ça devait plutôt être autre chose. Plutôt que j’étais renfermée, car malgré tout, je ne peux pas être réceptive tout le temps. Et effectivement, tout me l’a confirmé mardi. Je viens de me rendre compte qu’elle m’attend simplement, et qu’au contraire elle n’a jamais été aussi proche. Quand nous ne sommes pas capable d’entendre sa voix, elle vient nous chercher. Je le savais déjà puisqu’elle m’a « possédée » pour construire le Sanctuaire. Là, dans la situation où j’étais incapable de la sentir et l’entendre, elle m’a envoyé ses messagers, tout bêtement. Je n’avais jamais vu autant de grands corbeaux. Il y en a partout sur ma route, tout le temps, il y en a même un qui semble niché sur le haut de l’immeuble juste en face de la fenêtre chez l’Homme. Je les entends croasser le matin, le soir… à des moments de doutes etc. C’était elle. Elle m’a envoyé des signes physiques et audibles pour me signifier qu’elle est bien là…

Alors oui, effectivement, je le sais maintenant, et j’ai des pistes à suivre. Tout doucement, avec Imbolc, je vais me préparer à reprendre la route.


Accompagner les Défunts

Série de travail sur la Mort. Post qui concentrera les réflexions sur l’accompagnement des défunts vers l’Au-Delà.

Que faut-il faire ? Qu’est-ce qu’on vise ?

La paix intérieure, l’acceptation.

Réconforter.

Envoyer de l’Amour et de la Lumière.

Dissiper les doutes, les peurs.

Récolter d’éventuels messages et les transmettre.

Quels moyens ?

Prière aux Défunts, prières aux Ancêtres, prières au Dieux.

Chandelles et bougies, envoi de lumière.

Visualisation et affirmation positive.

Rituels divers.


Soutenir dans le deuil

Un des travaux principaux de mon partenariat avec Morrigan est le travail sur le Mort. La « médecine » mortuaire. Récemment j’ai compris qu’il me fallait bien séparer deux aspects : l’accompagnement de l’âme du mourant, et l’accompagnement du/des vivant/s. J’ouvre donc un premier topic pour la partie avec l’accompagnement des vivants, de leur deuil.

Qu’est-ce que le deuil ? Comment fonctionne-t-il ?

Perte d’un être aimé, manque, « trou au coeur »

Côté surprise, choc moral violent (même quand on n’est pas proche de la personne ça entre en jeu)

La douleur : physique, morale

….

Comment réconforter les vivants ? Quelles paroles et quels actes ?

Le sourire, la présence, les paroles, mais aussi le silence compréhensif.

Alternance : changer les idées de la personne, les écouter / les faire parler des disparus.

Réconfort physique, verbal.

Rituels pour les vivants (prières, envoi de lumière, …)

MD a justement écrit un article à ce sujet.

Mais il y a aussi quelques problèmes : comment accompagner les gens dans le déni ? comment accompagner les traumatismes ?



Phase latente

J’avais peur au départ, du moins j’avais beaucoup d’appréhension. Maintenant je me rends compte que c’est normal, et même que c’était prévisible.

Morrigan est vraiment sage, je crois que je l’ai sous-estimée et je m’en veux. La phase de transition, la phase de « vide » (apparent) continue. Mais j’ai réalisé que j’avais nécessairement besoin d’une jachère après toutes mes recherches et expériences des premiers mois. En plus, le temps entre Samhain et Yule est propice à l’attente, à la décantation. Et j’ai aussi réussi à revenir à ma conscience lucide, et désormais je me rends compte que je ne dois pas non plus négliger mon polythéisme sous prétexte que je fais un travail particulier avec Morrigan. Je ne l’ai jamais dit, je ne l’ai jamais pensé, mais dans les faits j’étais quand même éloignée. Et les Dieux sont venus me chercher, tout bêtement. Sur mon espace privé, j’avais parlé de Belenos qui avait fait une percée foudroyante, et récemment Esus est revenu également. J’avais senti Morrigan comme une ombre qui glisse et se disperse…. C’était effectivement un choix. Elle a compris bien avant moi que je dois « tout faire », et que pour cela je dois traverser des phase de vide, et des phases de travail avec d’autres. Du coup elle me laisse la chance de continuer à approfondir mon polythéisme… et ça donne de jolies choses.

Alors je suis reconnaissante.

Hail Morrigan
I’m your servant always
Forever grateful


Travaux de Novembre 2010

J’ai remarqué que j’avais arrêté de poster les étapes de mon cheminement personnel, ou du moins que ça rentrait plutôt dans d’autres catégories. Du coup j’essaie de réparer mon erreur, surtout qu’actuellement je ne travaille pas sur les études planifiées.

– Je travailler à mettre en place une technique oraculaire afin de pouvoir commencer cette partie de ma dévotion publique (Salle de l’Oracle). Ça se fait vraiment très doucement… Mais ça ne fait rien, il vaut mieux attendre et faire bien les choses.

– J’ai commencé à repérer à l’oreille les notes du morceau d’Omnia que je dédie à Morrigan et je lui ai joué plusieurs fois. Il faudra que je le réécoute bien pour l’avoir en tête et le retenir par cœur, et plus tard tenter la prise de notes écrite.

– Je pensais écrire un rituel particulier pour demander à Morrigan une guidance sur la voie psychopompe mais je n’ai toujours pas trouvé ! Pourtant le travail se met doucement en place… Peut-être qu’elle me suit tout de même.


(C1) Week-end 5 – bilan

Ce week-end, week-end de Samhain, j’aurais dû effectuer mon rituel à Morrigan. Cependant j’ai été très prise, et en mauvaise santé, donc il a fallu repousser, je compte faire ça ce week-end si je peux, pour fermer le cycle.

Quel bilan dresser de se premier cycle de dévotion hebdomadaire (tous les week-ends) ?

Déjà que j’aime aller en forêt au moins une fois par semaine, même s’il fait moche, c’est très important pour moi. Pour mon corps, ma santé, et ma spiritualité. Car je sens de plus en plus que je dois sortir de chez moi, être dehors. Ca me paraît presque absurde mes petits rituels à la maison (enfin, tout dépend du type). D’autre part, ça me montre que j’aime faire des offrandes régulières, les choisir soigneusement pour tel ou tel Dieu (ici Morrigan),  car ça procure plus profondément cette sensation d’être reliée : vous vous êtes déplacés dehors, vous avez observé la nature, choisi des fruits, et ensuite revenez les dédier à la Déesse en question. C’est intense en fait. De plus, instinctivement ça m’a mené vers des plantes qui peuvent être liées à Morrigan, pas nécessairement dans l’histoire, simplement la symbolique et les propriétés, et sans ça je n’aurais pas fait ces découvertes, je ne me serais pas lancée.

Et le nouveau cycle qui s’est imposé à moi naturellement : je ne faisais plus que travailler au contact de Morrigan, et je n’arrivais plus à approfondir mes recherches, je devais choisir. Du coup le prochain cycle sera un cycle de recherche, afin de reprendre tout ce qui est en plan ici, et d’entamer quelques nouvelles pistes. Ca sera par semaine, du Lundi au Dimanche, sans fragmenter cycle semaine (Lundi/vendredi) et cycle week-end (Samedi/dimanche).