Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

Rites

Une pluie de plumes….

Je reviens de balade et de rituel, et après avoir soumis une question/demande, j’ai trouvé 36 (!) plumes sur le chemin…. Alors que je n’en trouve jamais aucune d’habitude. Jamais. En me baladant. (Les gens m’offrent parfois des plumes noires, mais j’en ai peut-être trouvé 5 à tout casser.) Une période de Lughnasad très particulière…

Hail Morrigan !

Publicités

Personne ne mérite ça – No one deserves this

[An edito for the few English-speaking Reader. Today has suffered a terrible outburst of extremists’ violence in France : three people attacked a famous journal’s headquarters (Charlie Hebdo) during a meeting and killed 11 people, journalists, targeting some of the most well-kown and talented French cartoonists among their ranks. We don’t know who they are, how they did, and for now it doesn’t matter, I mean, I won’t spread rumors and vulgar generalization. All that remains is a horrible crime, targeting professionals and a very important institution (targeting the media). We are all in shock, and all that can be done for now is taking a few step back, not giving away to fear, and praying for the deceased, the wounded, their family, and truth.]

Parce qu’au fond de moi quelque chose grince. Et Elle grince. Nous n’avons pas assez d’informations, nous ne savons pas si c’était effectivement un gros coup monté ou un coup de pot, qui sont ces personnes (criminelles) et dans quelles « catégories » elles rentrent, donc il serait contre-productif voire déplacé de dire quoique ce soit de plus. Derrière, quelqu’Une me souffle de ne pas céder aux réflexions faciles et à la peur, et de prendre du recul. D’analyser les infos. Mais tout ce que je sais, c’est que dans mes tripes j’ai reçu un coup. Je suis choquée de cette extrémité, de cette violence. Personne ne méritait ça. Des professionnels qui vont leur travail. Et le fait qu’on puisse s’en prendre autant à des individus ou à l’institution des médias de la sorte est inadmissible.

Je prie pour les blessés, les familles des victimes, et ces hommes morts dans des conditions détestables. Pour la paix de leur âme, l’apaisement des esprits de tous, pour la Vérité et la Justice.


Meeting the Lady of the Ford

Hail Lady of the Ford,
I salute you !

O Lady of the Ford,
Please let me come closer
Let me gaze into your pool

The road was long and
I thought I had lost myself

O Washer at the Ford,
Can I step foot on your shore ?
Can I step into the red water ? 

I see the Shadows on the edges
I feel the power of the pond

O Washer of the Ford
Is it safe to proceed, 
What needs to die tonight ?

I am caught by the lake’s fate
I am caught by my own curiosity
Pulled forward, unable to resist

I step forward into the red water
And I die

I bleed
I die
And die again

Pieces of myself red and flowing, flowing
All around me

I see the Shadows again now
Aware of my own ghosts
I see the past in the mist that raise above the waters
I see the pain and cries
And they swirl, round and round

They swallow me
As I plunge more and more into the lake
A living sacrifice
For the Lady

And when I emerge, dripping,
I have risen from my dirt
I stand different
New

Hail You that stay at the Ford

******

Un fragment de mon propre travail autour de la symbolique de la Lavandière du Gué. Pour l’ambiance c’est tout à fait cette image. Pour la pratique, une méditation et une douche rituelle adaptée du rite traduit par Siduri (avec du roïbos).


Un nouvel « outil » pour ma pratique…

Progressivement je reprends le fil d’écriture de ce blog, je tente de partager les petites pierres de mon chemin. Je ne rentre pas dans les détails, mais je peux livrer des bribes ou des structures.

Récemment donc, je me suis remise à pratiquer plus régulièrement, autant que mon être peut l’accepter. Des sessions de prière, de méditation, de tirage, du pathwalking, etc. Etant donné que dans ma pratique je fonctionne par rayonnements et vibrations, je trifouille et je cherche des moyens d’agir sur ce plan, pour obtenir les effets voulus. Du coup, je me suis mise en quête de pratiques et « d’objets » qui pourraient m’aider, et c’est à ce moment là que j’ai réalisé que j’avais sous la main une boutique dont je suis sûre, et qui propose un outil qui me convient : une huile sacrée. Je sais qu’elles sont faites de façon minutieuse spirituellement parlant, avec de bons ingrédients, un cocktail étudié, et aussi une démarche professionnelle et respectueuse (produits vegan, naturels etc). J’ai hésité un peu puis je me suis lancée, comme mon travail aurait pu bénéficier de cette passerelle :

(Si vous cliquez sur la photo j’ai mis le lien de la boutique)

Je n’ai aucune originalité dans la pratique. J’ai oint une bougie dédiée, et je l’utilise surtout désormais pour faire « tomber le voile », aider à la connexion. En mettre avant le pathwalking et les futurs voyages sera aussi une bonne chose. Comme je fonctionne beaucoup désormais avec des déclencheurs (triggers) sensoriels. Je l’ai testée deux fois, deux fois concluantes. Mais je suis encore toute retournée, émue par l’efficacité, et en même temps mon esprit « sceptique » ne me quitte jamais, et me demande de l’essayer encore dans des conditions différentes pour voir si ça marche à chaque fois. XD

En tout cas, je me suis remise en route…


Rituel de guérison pour le Japon

Création personnelle Peut être adaptée de moult façons.

Matériel minimal :
– une bougie rouge/marron pour Morrigan
– bougie vert clair
– une chandelle bleue claire
– encens purificateur
– papier fin et crayon
– musique éventuellement

Description du rituel :

Mon idée était la suivante : utiliser les énergies sombres et guérisseuses de la Lune Noire pour favoriser la »guérison » au sens large du Japon. Ensuite j’ai appelé Morrigan pour assister, et pour un travail plus spécifique auprès des morts.

1/ Si cela vous inspire, mettre en route une musique traditionnelle japonaise pendant le rite.

2/ Ouvrir le cercle et allumer l’encens purificateur et purifier l’espace. Mon choix c’était porté sur un mélange personnel de romarin, sauge et résine de copal.

3/ Allumer la bougie vert clair et faire une déclaration des intentions : le vert est une couleur profonde, multiple, ambigu. Le vert peut symboliser parfaitement la pollution, les déchets, le nucléaire… mais aussi la nature, la terre, l’espoir et la guérison. J’ai donc récité une oraison/prière afin d’évoquer ce fait, et de favoriser la transmutation alchimique de tous ces polluants de la terre en fertilité. J’ai particulièrement axé cette partie vraiment sur la Terre du Japon, l’Océan du Japon, et puis ensuite la propagation au monde entier. J’ai également récité 3 ou 4 fois comme un mantra la prière publiée par Masaru Emoto pour les eaux polluées du Japon : “The water of Fukushima Nuclear Plant, we are sorry to make you suffer. Please forgive us. We thank you, and we love you.” Et pour terminer, j’ai inscrit sur des papiers très fins verts de mots de guérison que j’ai enflammé sur la flamme de la bougie.  J’ai renforcé toutes les prières et les mantras par l’utilisation de hochets magiques.

4/ Ensuite j’ai procédé à l’invocation de Morrigan, en chantant/récitant, par de la musique (hochets). J’ai allumé la bougie qui lui correspondait.

5/ Je me suis alors concentrée sur les gens, les japonais, les morts et les vivants. Allumer la chandelle bleu clair de guérison. J’ai récité la prière que j’avais rendu disponible sur le site et le forum, pour que Morrigan soutienne chacun dans le travail de deuil, de transition vers l’au-delà, et la force aussi pour les vivants de continuer. J’ai pris des petits papiers fins bleus et y ai écrit des mots de guérison à brûler grâce à la chandelle.

6/ J’ai terminé par jouer des hochets et réciter le nom de Morrigan.


Lune Froide 2011 – rituel de purification et d’engagement

Je l’ai attendu avec grande impatience… car depuis une semaine au moins j’avais des projets dans la tête.

Cette nouvelle pleine lune, celle d’après Yule, qui ouvre le temps d’Imbolc, est très importante, et comme Morrigan m’a envoyé de multiples messages, il fallait que je fasse quelque chose de particulier. Je suis alors sortie dehors sous la lune (bien couverte), et je me suis installée sous les arbres habituels pour ritualiser. Ma structure de rituel est désormais consacrée, elle est vraiment simple et utilisable dans toutes les situations.

  • Ouverture du cercle et du rituel avec mes hochets autour de l’espace sacré. Cela sert aussi à purifier les ondes et à appeler la Déesse.
  • Invocation du nom de Morrigan 3 fois.
  • Purification du corps avec les hochets, la fumée d’encens (eucalyptus cette fois) et par visualisation (et respirations). L’intention doit être forte.
  • J’ai allumé une bougie (orange sombre) et j’ai procédé à la Méditation : purification par Morrigan dans son antre (méditation du lac noir disent certains). J’étais devant le lac miroir noir, et j’ai tenté d’avancer pour m’y plonger. Cependant ça ne lui plaisait pas, du coup elle m’a fait revenir en arrière. J’ai attendu, et je me suis alors trouvée assise en suspension au-dessus du lac, en lévitation. Et tout d’un la gravité est revenue et je suis tombée violemment dans le lac, j’ai eu la sensation d’être lourde, l’eau m’entravait et me tirait très vite vers le bas, j’ai beau savoir nagé ça ne me servait pas… sans réfléchir alors, j’ai arrêté de bouger et je me suis laissée couler, j’ai coupé ma respiration. Je coulais. Et alors elle m’a tirée de l’eau, elle souriait. C’est ce qu’elle voulait. Elle veut que je lui fasse confiance, que je l’écoute, et que j’arrête de lutter contre ma peur mais que je l’accepte : que je l’absorbe, l’intègre. C’est ce que j’ai fait en acceptant de couler au fond de l’eau, et elle a été satisfaite, donc elle m’a sortie de l’eau. J’ai vu briller très furtivement ce que je croyais être une dague, mais qui devait être plutôt une épée courte. Je ne sais pas pourquoi c’était là, à quoi ça sert, mais je suppose que c’est un signe très fort : symbole du combattant, symbole d’initiation aussi… J’ai cru la sentir sur mon épaule à un moment… je ne sais pas, c’était trop furtif. Quoi qu’il en soit, en sortant de l’eau, je me suis avancée sur le sable noir et je me suis prosternée, très bas, je me suis agenouillée à ses pieds. J’ai senti qu’elle était contente, ça fait du bien…. mais j’étais si reconnaissante… je me suis vue alors me redresser très brusquement et me couper énormément de cheveux pour lui remettre. Elle les a pris, noué par un fil, et les a jeté dans son chaudron. C’est très compliqué d’expliquer ce qu’il s’est passé. C’était à la fois un serment, en engagement, mais aussi une façon de lui livrer ma peur entre les mains comme offrande et sacrifice. Et elle les a jeté symboliquement dans le chaudron de renaissance… Et, chose qui m’a bouleversée car ça n’arrive jamais, elle m’a prise dans ses bras chaleureusement…. Puis la vision s’est brisée.
  • J’ai alors saisi mes cheveux et j’ai pris quelques mèches que j’ai brûlé dans le chaudron qui était devant moi. Et j’ai médité sur ce symbole : intégrer sa peur, la sacrifier/l’offrir. Symbole des peaux mortes pour renaître aussi.
  • Ensuite j’ai terminé par faire le vide… rien n’est venu. J’ai juste eu une irrésistible envie de chanter. Alors j’ai sifflé le début de la chanson d’OMNIA (intro), puis je l’ai chanté.

Et j’ai fermé le cercle. Je suppose que de l’extérieur ça paraît très simple, mais c’était un moment extrêmement, aboutissement de plusieurs semaines, et mois. Grande étape sur le chemin qui mène à elle, cette réflexion sur la peur (comme me l’a indiqué Dionysos d’ailleurs). Et puis reprise des pratiques surtout. Sachant que j’ai reçu aussi un superbe symbole de l’eau suspense au dessus du lac miroir :

 

[EDIT] Ce moment était donc bien une première initiation aux Mystères de Morrigan… Voir une définition trouvée ici :

What is an Ordeal?

According to Northern Tradition shaman Raven Kaldera, an ordeal “uses pain, fear, suffering, and discomfort for the purposes of achieving altered states, coming out of them, creating energy for magical work, cleansing, breaking down internal barriers, and offerings to the Spirits.” It is said that when Odin hung on the tree for nine days, he sacrificed himself to himself. Sometimes an ordeal allows us to do this—to dramatically give something of ourselves or push ourselves beyond our perceived limits in order to spiritually grow, transform, or experience a cathartic release. Alternatively, it might be a gift or offering to a deity, a willing demonstration of our devotion, penitence, or love.

An ordeal by definition is not easy. Even an ordeal that requires no physical exertion may test your emotional, mental, or psychological capacity. In fact, these non-physical ordeals or “mindfucks” if you will can be the most trying to endure. Sometimes humiliation can be harder to face than pain, emotional honesty harder than physical endurance. It might shake the foundations of your identity, your worldview, and your perception of the gods. It may break you—but perhaps you need to be broken and reset, like a bone that has been damaged and healed improperly.