Bienvenue dans le Sanctuaire virtuel de la Déesse irlandaise

S’informer sur la Morrigan

Revue du livre ‘The Book of the Great Queen’ de Morpheus Ravenna

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/519wZRFooVL._SX348_BO1,204,203,200_.jpg

Il est des ressources qui se présentent rapidement comme des incontournables. Ce livre de Morpheus Ravenna est de celles-là.

Ce livre de 506 pages est un travail immense de compilation, d’analyse, de tri et d’interprétation des mythes et des glossaires.

Voici ce que l’on trouve communément comme texte de présentation officielle :

“The Book of the Great Queen is the culmination of nearly 20 years of the author’s study and practice as a dedicant of the Morrígan. The intention for the book is to provide a comprehensive and in-depth look at the Morrígan as we know her through textual, historical, and archaeological sources, her role and cult of worship in ancient Celtic religion, and to provide guidance for the modern devotional practitioner drawing on these traditions. Cover art and illustrations are by Valerie Herron of Mystic Media. Production of the book has been crowd-funded through a very successful IndieGoGo campaign in 2014, nearly tripling the original goal”.

Traduction (phronesis): The Book of the Great Queen est l’aboutissement de Presque 20 ans de pratique et d’étude de l’autrice comme dévote de la Morrigan. Le but de ce livre est de fournir un tour d’horizon clair et très complet de la Morrigan telle qu’elle est perçue au travers des textes, des éléments historiques, archéologiques, de son rôle et de son culte pratiqué dans l’ancienne religion celtique. Ce livre guidera les dévots modernes attirés par ces traditions dans leur pratique. La couverture et les illustrations sont de Valerie Herron de Mystic Media. La production de ce livre a été financée de façon participative sur IndieGoGo en 2014, triplant de peu l’objectif initial.

Description rapide du contenu :

Ce livre présente effectivement les différentes ressources disponibles dans les mythes de façon  claire et classées par thématique et sœurs, ce qui rend la lecture particulièrement aisée. Une deuxième partie plus pratique propose des conseils ainsi que des prières et des inspirations pour adapter les anciennes pratiques à notre contexte plus moderne.

Sans être parfaitement reconstructionniste, cet ouvrage se base sur la démarche de Morpheus Ravenna qui est une pratique polythéiste dure alliant donc à la fois de solides bases historiques, linguistiques et littéraires à une mystique méthodique témoignant de sa longue expérience de spirit worker.

On observe au travers de ces pages des partis pris de l’autrice, même si ces derniers sont toujours justifiés par le Lore.

A qui s’adresse ce livre ?

Ce livre s’adresse non pas aux débutants qui pourraient ne pas voir clair tant l’ouvrage est dense (pour ce genre de profils nous conseillons vivement le livre de Daimler de la collection Pagan Portal). Il s’adresse davantage aux personnes souhaitant approfondir leur dévotion et leurs connaissances sur la Grande Reine et ses sœurs. Il ne s’adresse pas non plus aux personnes qui auraient une approche plus libre vis-à-vis du Lore et qui se sentent davantage appelées par la voie néo-paienne. Pour ces personnes nous recommandons le livre de Stéphanie Woodfield, même si lea lecteur.ice doit garder en tête que Stéphanie Woodfield a pu glisser dans son texte des incohérences vis-à-vis des matériaux sources. Ce livre a réellement une approche polythéiste. En définitive, ce livre parlera aux personnes aimant des études rigoureuses et poussées ainsi que des pratiques spirituelles méthodiques. L’anglais y est moyennement accessible et la lecture demande donc des bases moyennes à solides.

A ce jour, ce livre est considéré par beaucoup comme la meilleure ressource disponible sur la Morrigan pour les polythéistes.

Détails pratiques :

Broché : 506 pages 
Editeur : Concrescent Press (1 mai 2015)
Langue : Anglais  
Dimensions du livre : 17,8 x 2,6 x 25,4 cm
non traduit à ce jour.


Qui est la Morrigan ?

La Morrigan est une divinité irlandaise complexe et multiple. Dotée de la caractéristique d’être une change-forme, le « visage » qu’Elle présente n’est jamais fixe et peut varier d’un.e dévot.e à un.e autre, selon le travail que vous réalisez avec Elle et selon le type de relation que vous entretenez avec Elle.

“Battle Cry” – Peinture d’Erin Kusik.

Son nom recouvre majoritairement deux significations distinctes, en fonction des deux hypothèses les plus répandues en matière d’étymologie :

  • An Mórrígan : La Grande Reine
  • An Morrígan : La Reine fantôme

Qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre des étymologies son titre de reine semble primordial et la rattache à la question de la Souveraineté. Tantôt sous la forme d’un corbeau survolant les champs de bataille, tantôt directement au cœur du combat, galvanisant ou tétanisant les guerriers par son cri, Elle est une déesse à la fois de la guerre et de la bataille (on reviendra sur cette distinction).

L’un des points théologiques les plus complexes la concernant est la question de son unité et de sa multiplicité. Elle est tantôt présentée comme une triade de sœurs, Morrigan, Badb et Macha, les filles d’Ernmas, que l’on désigne comme « Na Morrigna ». Tantôt Elle est présentée comme une déesse unique pouvant changer de « visage » et d’attributs devenant ainsi Macha, Badb, Anu ou Nemain. Est-elle unique ? Est-elle multiple ? Son nom est-il un titre ? Sont-elles des sœurs ou bien des « aspects » ? Autant de questions qui finissent toujours par se poser au sein d’un chemin de dévotion et dont la réponse ne peut vous être imposée.

Ne pouvant trancher et imposer une vérité quant à cette question à laquelle la mythologie ne peut répondre, nous nous contenterons de vous présenter les différentes attributions des visages/sœurs de façon synthétique.

La Triade

Morrigu est le visage de la guerre, des techniques de combat à la fois physique (armes) et magiques (enchantements) ainsi que de stratégie (rafles des vaches). Son rattachement aux vaches comme biens précieux et liés à la terre, mais aussi l’influence qu’elle porte sur les guerres, et donc les rois, en font par dérivation une Déesse de la Souveraineté.

Macha est le visage de la plaine, bien qu’elle soit aussi associée aux guerriers. Elle est une figure de la Souveraineté pour plusieurs raisons : initiatrice d’une lignée ancestrale, associée au cheval, vengeresse pour protéger la Terre. Elle existe bien dans notre monde bien que son ascendance et son association au cheval la dote de caractéristiques provenant de l’Autre Monde.

Badb, quant à Elle, est le visage de la Bataille dans un double aspect : la corneille prophétique (prophétesse ou lavandière) et la corneille furieuse. Visage plus sombre dont le cri perçant fait frémir, Badb est associée à toute une catégorie d’Esprits effrayants et combattants, et peut de fait se présenter sous des traits qui rappellent la « Reine Cauchemar » (une des étymologies de Morrigan).

Les autres visages de la Morrigan

Anu (aussi Anand, puis Annan) est une figure souveraine et fertile liée à la terre. Très mystérieuse puisque peu présente dans les mythes, et son identité se mélangeant notamment avec celles de Áine, Grian et Danu, Elle nous est surtout connue pour les deux collines du Munster qui portent son nom.

Nemain est une figure magique liée aux poisons et à l’espace sacré. Proche de sa cousine gauloise Nemetona par étymologie, Elle est celle qui concentre les énergies et sacralise l’espace jusqu’à l’excès parfois, d’où son association avec le poison. Elle peut, elle aussi, être liée aux esprits de la bataille.

Tous ces visages, toutes ces sœurs peuvent également connaître une certaine multiplicité. Ainsi, cheminer sur la voie de la Morrigan c’est être confronté.e à ses changements de forme, aux frontières floues et indescriptibles qui ne se figeront jamais pour le confort de l’esprit.

Ses animaux associés sont le cheval, la génisse, le loup, l’anguille et les corvidés.

Pour trouver les textes mythologiques justifient ces affirmations et pour approfondir, nous vous renvoyons à l’ouvrage de synthèse qui a permis de rédiger cette introduction : le livre Daimler The Morrigan, Meeting the Great Queens, traduit en français aux éditions Alliance Magique. C’est un petit livre de 80 pages, très synthétique, mais très dense, qui vous donnera toutes les informations de base. Il est rédigé de façon rigoureuse mais dans une langue accessible. Pour aller vraiment plus loin, c’est l’ouvrage de Morpheus Ravenna, The Book of the Great Queen, qui est recommandé. Il compile beaucoup plus de matériaux, et approfondit vraiment les interprétations. Pour sortir des livres et suivre plutôt une formation vivante, Lora O’Brien propose des formations de plusieurs types (gratuites, payantes, intensives) sur la Irish Pagan School. Notez que Lora O’Brien est irlandaise, et que vous soutiendrez un courant natif.

—- Synthèse co-écrite par Phronesis et Valiel (2020).


Bibliographie recommandée (à jour)

Ressources recommandées et catégorisées les plus récentes. Mai 2020.

BIBLIOGRAPHIE SUR LA MORRIGAN ET SES DIFFERENTS « ASPECTS » OU « VISAGES »

Sources primaires

Liste des histoires irlandaises associées à Morrigan à consulter :

– Cét-Chath Maide Tuired
– Cath Maige Tuired
– Lebor Gabala Erenn, volume 4
– Banshenchas
– Dindshenchas, particulièrement Odras, Berbas, et Bru na Boinde
– Adventures of Nera (Echtra Nerai)
– Cattle Raid of Regamna (Tain Bo Regamna)
– Cattle Raid of Cooley (Tain Bo Cuiligne)
– Wooing of Emer (Tochmarc Emire)
– The Death of  Cu Chulainn (Aided Cuchulainn)

Ces histoires sont disponibles en ligne :

La bibliographie  du groupe du Coru Cathubodua Priesthood [ENG].On vous y nomme très bien dès le départ la classification et les noms des cycles irlandais originaux, avec une phrase-résumé. S’ensuit une longue liste de textes de références, dont je me rends compte qu’elle recoupe les recherches que j’ai faites récemment moi-même.

Un guide de lecture par Lora O’Brien [ENG] pour ce qui est du « Táin Bó Cúailgne » (des explications ; un résumé du texte ; des références académiques ; une série vidéo de lecture du texte).

 Une traduction française existe : La Razzia des vaches de Cooley, Gallimard, 1994, traduit, préfacé et annoté par GUYONVARC’H, Christian.-J.

Sources secondaires universitaires

Strictes

– CAREY, John, “Notes on the Irish war-goddess”, Éigse 19:2 (1983): 263–275.
– DUMEZIL, Georges, « Le trio des Macha », in Revue de l’histoire des religions, tome 146, n°1, 1954. pp. 5-17. (article en français ; lien Persée.fr)
– HENNESSEY, WM, « The Ancient Irish Goddess of War« , in Revue Celtique 1 (1870–1872): 32–55, 55–57, 501. (Court texte disponible au format texte sur le site de Sacred Texts ou au format pdf sur archive.org)
– GUYONVARC’H, Chr.-J., LE ROUX, Françoise, La Souveraineté guerrière de l’Irlande, Fouesnant, Yoran Embanner, 2016. [ouvrage en français]
– MOWAT, Catherine : “The ’mast’ of Macha : The Celtic Irish and the War Goddess of Ireland. ”, Barbara Roberts Memorial Book Prize Winner, Athabasca University, 2003.

Comparatives

– BECK, Noémie, « Goddesses in Celtic Religion – Cult and Mythology: A Comparative Study of Ancient Ireland, Britain and Gaul », thèse de doctorat en études anglophone, sous la direction de Neil DAVIE et Daithi O HOGAIN, Université Lumière Lyon, 2009, 603p. (ouvrage en français ; accessible en ligne). Note: c’est le chapitre 3 qui nous intéresse, portant sur les divinités celtes du territoire et de la guerre.
– EPSTEIN, Angelique Gulermovich, “The Morrígan and the Valkyries”, in: Greppin, John, and Edgar C. Polomé (eds), Studies in honor of Jaan Puhvel, 2 vols, vol. 2: Mythology and religion, JIES Monograph 21, Washington, DC: Institute for the Study of Man, 1997. 119–150.
– EPSTEIN, Angelique Gulermovich,  » War Goddess – The Morrigan and her Germano-Celtic Counterparts », dissertation at the University of California, Los Angeles, 1998. (Une version pdf disponible ici)

Pour d’autres ressources académiques, consulter la bibliographie du Coru Cathubodua Priesthood mentionnée plus haut.

Sources contemporaines

Les livres de référence sur la Morrigan à mettre entre toutes les mains

– DAIMLER, Morgan, Pagan Portals – The Morrigan: Meeting the Great Queens, Moon Books, 2014. (ouvrage traduit en français : voir cette page)
– LE ROUX, Françoise, GUYONVARC’H, Chr.-J., La Souveraineté guerrière de l’Irlande, Yoran Embanner, 2016. (ouvrage en français)
– RAVENNA, Morpheus, The Book of The Great Queen: The Many Faces of the Morrigan from Ancient Legends to Modern Devotions, Concrescent Press, 2015.

Les ressources en ligne

  • La Irish Pagan School propose de nombreux cours de très bonne qualité parmi lesquels nous vous conseillons :
  • Introduction to the Morrigan : cours dédié aux débutants qui souhaiteraient avoir un premier exposé fiable concernant la Déesse.
  • Shapes of the Morrigan : Excellent cours qui aborde l’intégralité des formes de la Morrigan dans le Lore et qui évoque également la notion de « Shape-Shifter » dans la culture irlandaise
  • The Cave of The Morrigan : Cours exposant le lien qu’entretiennent la Morrigan et la cave en général et la cave d’Oweynagcat en particulier. Bonne entrée en matière concernant la notion d’obscurité.
  • Le programme Intensive pour des pratiques plus approfondie. Sur candidature, une fois par an.

En choisissant ces cours, vous soutiendrez des irlandais et donc du contenu natif.

  • L’Antre de Morrigan, blog tenu par Valiel qui fait office d’espace dévotionnel collaboratif en ligne. Il rassemble réflexions personnelles, ressources, média, et productions de la communauté.

Les textes acceptés

– WOODFIELD, Stephanie, Celtic Lore & Spellcraft of the Dark Goddess, Invoking the Morrigan, Llewellyn Publications, U.S., 2011. Informations disponibles ici sur l’Antre.
– By Blood, Bone, and Blade: A Tribute to the Morrigan, éd. Nicole Bonvisuto, Neos Alexandria, 2014. Un article est disponible ici sur l’Antre. Il s’agit d’une anthologie collective qui présente des expériences de la communauté, vous n’apprendrez pas qui est Morrigan avec ce livre.
– MARZIN Suileabhan, « Un paganisme sombre dédié à Morrigan », disponible sur son blog (en ligne ou en pdf). (article en français) Note : Je n’adhère pas du tout à tout ce qui est dit, mais pour une fois on a droit non seulement à un écrit contemporain français (et d’un pratiquant), mais aussi à un écrit rigoureux : rédigé clairement et sourcé (citations et vraie bibliographie).
– WEBER, Courtney, The Morrigan: Celtic Goddess of Magick and Might, Weiser Books, 2019. Aucune d’entre nous n’a pu le lire pour l’instant, mais nos autrices de références (Morgan Daimler, Lora O’Brien) ainsi que la communauté élargie l’ont « approuvé ».

Les livres à éviter ! 

– RANKINE, David, D’ESTE, Sorita, The Guises of the Morrigan, Avalonia Books, 2005.
– PENCZAK, Christopher, Feast of the Morrighan, Copper Cauldron Publishing, 2012.

BIBLIOGRAPHIE SUR LA CIVILISATION CELTIQUE (en cours)

Sources universitaires francophones

– GUYONVARC’H, Christian-J., Magie, médecine et divination chez les Celtes, Paris, Payot, 2007.

– GUYONVARC’H, Chr.-J., LE ROUX, Françoise, Les fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Universités, 1985.

——————————-, La civilisation celtique, Paris, Payot, 2018. Nouvelle édition revue et corrigée.

——————————-, La société celtique, Fouesnant, Yoran Embanner, 2016.

——————————-, Les druides, Rennes, Ouest-France Universités, 1986.

Ressources contemporaines en ligne

– [FR] Le blog de Caitlin : https://scathcraft.wordpress.com/textes/  Il s’agit d’un journal personnel qui dépasse largement notre cadre, mais il y a des pages sur les Divinités irlandaises et sur les mythes qui sont rédigés avec un grand sérieux, et sourcées

– [ENG] Le site d’Erynn Laurie ? https://www.seanet.com/~inisglas/index.html  Erynn est une américaine de la côte ouest des USA, qui est à la fois une polythéiste majeure de notre époque et une chercheuse indépendante. Elle est une des personnes majeures à l’origine du mouvement reconstructionniste celte.

– [ENG] Le site de Tairis.co.uk :  http://www.tairis.co.uk/ Site de nature reconstructionniste avec des textes rédigés rigoureusement, et sourcés.